Sélectionner une page

260px Sudan dancing dervish 7feb2005

Derviche du Soudan tombé en transe grâce à une danse spéciale (2005)

Trance ([[[[trɑ̃s]; du latin transire «Passer, traverser» est un terme collectif pour des états de conscience modifiés avec une expérience mentale intense. Contrairement à l’éveil ordinaire, ces conditions se caractérisent par les caractéristiques suivantes:

  • une concentration très concentrée sur un processus
  • avec une relaxation très profonde en même temps
  • une élimination de l’esprit réfléchi logiquement

Les états de transe peuvent être volontaires (par exemple, imagination visuelle dans la rêverie, auto-hypnose, techniques chamaniques), par le biais de suggestions externes (approuvées) (hypnose), d’une attention constante aux stimuli monotones (par exemple vigilance, approfondissement mental, orgasme) ou par le biais de maladies (transe pathologique et Obsession) et les médicaments sont déclenchés.

Hormis ces deux dernières transes, la volonté et un déclencheur spécial sont des conditions nécessaires à l’émergence des transes. De plus, le contexte culturel ou religieux de la personne a une influence décisive sur le type et la profondeur de la maladie.

Chaque transe est associée à un rétrécissement de la conscience à différents degrés d’intensité: les perceptions sensorielles et le sentiment d’identité personnelle – la conscience de soi – sont temporairement sévèrement restreints ou complètement cachés.

Les transes entraînent divers changements mentaux temporaires:

  • Rétrécissement de la perception et de l’attention
  • négatives (cacher des choses réelles) ou hallucinations positives (imaginer des choses irréelles)
  • mémoire considérablement réduite ou augmentée
  • changement de sens du temps (étirement ou arrêt)
  • sentiment de contrôle spécial
  • émotivité particulière

et changements physiques:

  • altération du tonus musculaire (rigide ou hyperactif)
  • mouvements involontaires (par exemple effet charpentier)
  • Manque de douleur et de sensation

Il n’y a pas de définition générale de la transe. L’explication ci-dessus des termes forme le plus petit dénominateur commun des différentes définitions.[1][2][3][4]

220px Konzentriertes Kind

L’immersion très concentrée dans une activité qui peut souvent être observée chez les enfants est parfois déjà appelée «transe légère»

Par rapport à la pleine conscience panoramique, une transe est strictement une attention focalisée et donc limitée. La concentration accrue de l’attention sur certains aspects de l’expérience sensuelle, selon la profondeur de l’état de transe, s’accompagne d’une vigilance faible ou fortement réduite.

Une distinction plus précise est faite scientifiquement Étapes de vigilance désigné.

Le chercheur en conscience Charles Tart décrit l’état de l’attention moyenne ou normale comme une transe quotidienne. Tart décrit l’attention dans sa constitution sociale et fonctionne comme un consensus. Dans cette perspective, tout type de concentration est considéré comme une transe, donc l’hypnose se révélerait être le niveau de concentration le plus élevé qui puisse être atteint au réveil.[5]

Des états de conscience de type transe peuvent également se produire dans diverses activités telles que le sport, les rapports sexuels, les occupations qui nécessitent également une concentration élevée et dans des situations (psychologiques) extrêmes.

Pour déclencher une transe qui n’est ni induite par un médicament ni générée de manière traumatisante, certains modèles de stimulus sont répétés plusieurs fois en boucle. Une transe devient plus profonde avec un nombre plus élevé de répétitions. La plupart des stimuli sont basés sur des stimuli sensoriels et des mouvements répétitifs, linguistiques et rythmiques tels que la musique de tambour, la danse, les chants, les éclairs de lumière et les mantras ainsi que sur les influences linguistiques répétitives. Cela inclut également la connexion de la musique de transe rythmique avec des stimulations visuelles. Cette combinaison de musique avec des effets d’éclairage lors de concerts et de discothèques est typique.

Par exemple, les rythmes de batterie sont constitués de sons individuels, qui forment ensemble un thème. La transe peut alors être contrôlée par répétition et modification. Cependant, les états de transe se produisent assez fréquemment et inaperçus chez toutes les personnes. Parfois, un bruit monotone comme celui d’une machine suffit, tant qu’il est entendu assez longtemps. Si une personne ne perçoit plus un tel son, bien qu’il existe toujours, il s’agit très probablement déjà d’une sorte de transe.

Des processus neurologiques et physiques similaires peuvent être observés dans tous les états de conscience de type transe. Le début de la transe est caractérisé par une raideur corporelle, une transpiration et une respiration intense.[6] Pour les états mentaux, David Lewis-Williams et Thomas Dowson ont décrit le «modèle neurologique» suivant en 1988.[7][8]

La transe et d’autres états d’intoxication sont obtenus par « hyper-excitation » ou « état hyper-repos ». Dans les deux cas, l’activité électrique totale dans le cerveau ralentit. Les changements de conscience sont divisés en trois phases selon le modèle neurologique:

Dans la première phase, des formes géométriques telles que des points, des rayures en zigzag, des grilles, des lignes parallèles et des lignes sinueuses sont perçues. Ces phénomènes sont appelés phosphènes (« perceptions imaginaires de la lumière »).

Dans la deuxième phase, différentes formes géométriques sont créées, que les personnes concernées – en fonction de leur origine culturelle ou religieuse – considèrent comme des symboles significatifs.

Dans la troisième phase de transe, une sorte de tourbillon ou de tunnel tourbillonnant apparaît, qui semble attirer les gens. Dans cette phase, des expériences profondes telles que la perception synesthésique (fusion de différents stimuli sensoriels), la sortie de votre propre corps ou l’entrée dans d’autres niveaux de réalité (« au-delà », « monde spirituel », etc.) sont expérimentées. Les impressions de cette troisième phase de transe sont également fréquemment rapportées sur les expériences dites de mort imminente.

Optique, somatique se produisent dans les états de transe (Conscience du corps) et hallucinations acoustiques. Les choses sont «vues» plus grandes ou plus petites qu’elles ne le sont en réalité. De plus, les animaux sont souvent vus. Les hallucinations visuelles apparaissent souvent comme si elles se succèdent puis se rencontrent (comme un palimpseste). Les hallucinations somatiques vont de pair avec le sentiment que votre propre corps se transforme en un autre, par exemple en un animal. De plus, en transe, vous remarquez souvent de l’eau courante et vous avez l’impression de flotter ou de nager dedans. Ces perceptions sont principalement liées aux changements de l’amygdale (zone du cerveau), qui est parfois responsable de l’orientation dans la pièce et de la peur et de l’agressivité.

Sur la base de ce modèle, Lewis-Williams a développé une théorie populaire du chamanisme préhistorique basée sur des comparaisons avec des peintures rupestres en Afrique du Sud. Cependant, de nombreux critiques considèrent les conclusions comme hautement spéculatives.

220px A man hypnotising a woman using the animal magnetism method. Wellcome V0016620

La procédure d’hypnose est un moyen relativement moderne de transe

220px Hamatsa shaman2

Certaines postures rituelles …

220px Peyote drummer by ES Curtis

… et les sons rythmiques sont les moyens de transe culturellement traditionnels

Formes transitoires

Les rêveries, les voyages fantastiques ou le flux créatif sont délibérément provoqués et des concentrations contrôlées consciemment qui cachent de grandes parties de la perception. Ces phénomènes sont considérés soit comme des étapes préliminaires, soit comme des formes légères de transe.[3]

Transe thérapeutique

Si un patient qui subit une psychothérapie est capable de sortir de son cadre de référence et de ses croyances habituelles en expérimentant intensément de nouveaux modes de pensée et associations dans son « œil intérieur » qui l’aident à résoudre ses problèmes, cela s’appelle une transe thérapeutique .[1]

Transe hypnotique

Dans une transe induite par des procédures de trance hypnotique, il y a une relaxation profonde combinée à l’éveil. La personne hypnotisée est toujours capable de se déplacer délibérément et de dire des phrases cohérentes, mais son attention est extrêmement limitée et concentrée sur peu de contenu.[2] Une particularité est une hypnose éveillée, dans laquelle une personne est dans un état de transe et il y a même une répétition, mais est toujours apparemment éveillée. La personne se déplace et se comporte de telle manière que les observateurs inexpérimentés ne voient aucune différence par rapport à l’état de veille normal. Cette forme de transe est subliminale et n’affecte pas la conscience de veille.

Le chercheur autrichien en transe Giselher Guttmann a constaté que contrairement à d’autres états de transe sous hypnose, il n’y a pas d’activité électrique significativement différente dans le cortex cérébral que dans l’état de veille normal.[2]

L’hypnose connaît différents stades de transe: bien que la conscience de l’ego soit encore éveillée à des stades légers à moyens, elle est en transe profonde. Cela montre que la transe n’est généralement pas un phénomène clairement reconnaissable, mais que les transitions de l’éveil normal aux niveaux de transe individuels sont fluides.

Transe spirituelle

L’ethnologie montre que les transes, décrites comme spirituelles, rituelles ou extatiques, appartiennent au répertoire religieux ou thérapeutique dans 90% de toutes les cultures humaines. Dans ces transes extatiques, qui sont décrites surtout en relation avec les concepts du chamanisme, des hallucinations visuelles très réelles de divers êtres spirituels sont délibérément provoquées par diverses techniques.

Dans de nombreuses religions, la transe est considérée comme un moyen de se connecter spirituellement ou magiquement avec Dieu, les esprits ou d’autres êtres ou lieux mythiques. Il s’agit d’obtenir des messages ou des idées pour résoudre des problèmes matériels. Les drogues sont utilisées dans certaines cultures.[9] Presque partout, certaines postures rituelles sont utilisées en relation avec des sons de tambour rythmique ou de cliquetis pour initier des transes spirituelles. La stimulation rythmique est une exigence obligatoire.[2][10]

Transe induite par les drogues

Même dans cette forme de transe causée par la drogue, une personne peut se déplacer volontairement et jouer des peines similaires. Les hallucinations se produisent souvent dans cette forme de transe. La transe est déclenchée par des substances psychoactives ou dissociatives. Il s’agit notamment des hallucinogènes tels que le LSD, la mescaline, la psilocybine et la psilocine. Mais aussi des dissociatifs comme la kétamine ou la phencyclidine. Il y a également des rapports de conditions de transe induites par le cannabis.

Transe traumatique

Une douleur aiguë causée par une blessure physique peut déclencher une transe. Cela comprend également les rites douloureux comme dans l’Ashura chiite et la danse du soleil indienne indienne ou une douleur de plaisir en relation avec les pratiques BDSM. Dans cette transe, les endorphines produites par le corps sont libérées, ce qui réduit la sensibilité à la douleur et peut conduire à un état de transe. Une transe traumatique peut également être causée par des blessures psychologiques.

  • 2001: Jörg Büttner: Transe, charlatans et chamans. La psychologie des états de conscience exceptionnels. Books on Demand, Norderstedt 2001, ISBN 3-8311-2945-2.
  • 1992: Felicitas D. Goodman: Trance – l’ancienne voie de l’expérience religieuse. Postures rituelles et expériences extatiques. Gütersloher Verlagshaus, Gütersloh 1992, ISBN 3-579-00969-9.
  • 1998: Felicitas D. Goodman, Nana Nauwald: Transe extatique. Le classeur. Nouvelles postures rituelles. Édition Nada, Bad Bevensen 1998, ISBN 3-933467-00-4.
  • 2007: John Grinder, Richard Bandler, Sabine Behrens: Thérapie en transe. PNL et la structure de la communication hypnotique. 13e édition. Klett-Cotta, Stuttgart 2007, ISBN 978-3-608-95140-0.
  • 2007: Bernhard Leistle: Mondes sensoriels. Une étude phénoménologique et anthropologique des rituels de transe marocains. Thèse de doctorat à l’Université d’Heidelberg 2007 (à télécharger sur archiv.ub.uni-heidelberg.de).
  • 2007: Stephan Matthiesen, Rainer Rosenzweig (éd.): Hors de vos sens. Rêve et transe, ivresse et rage du point de vue de la recherche sur le cerveau. Mentis, Münster 2007, ISBN 978-3-89785-572-4.
  • 2003: Gabriele Quinque: Sommeil du temple. Les bases du travail de transe. Param, Ahlerstedt 2003, ISBN 3-88755-012-9.
  • 2005: Gunther Schmidt: Introduction à la thérapie hypnosystémique et au conseil. Carl-Auer, Heidelberg 2005, ISBN 3-89670-470-2.
  • 1995: Charles Tart: Vivez bien éveillé et conscient. Façons de libérer le potentiel humain – Le guide de l’être conscient. 2e édition. Arbour, Freiamt 1995, ISBN 3-924195-24-2.
  • 2000: Dennis Wier: Trance. De la magie à la technologie. Pieper et The Grüne Kraft, Löhrbach 2000, ISBN 3-922708-17-X.
  1. unb Walter Ötsch, Thies Stahl: Le dictionnaire PNL: le projet d’encyclopédie PNL. 2e édition. Junfermann, Paderborn 1997, ISBN 3-87387-336-2, pp. 200-202.
  2. unbcd Giselher Guttmann à Nana Nauwald, Felicitas D. Goodman, amis: Transe extatique. Postures rituelles et transe extatique. 4ème édition. Binkey Kok, Haarlem NL 2010, ISBN 978-90-74597-81-4, pp. 36-39.
  3. unb Birce Polat: Différences différentielles dans l’expérience de flux lors de la pratique de la musique. epubli, Berlin 2013, ISBN 978-3-8442-4892-0, pp. 14-15.
  4. Arno Müller, Christian Stickel: La porte d’entrée de la transe: théorie et pratique de l’hypnothérapie. Junfermann, Paderborn 2010, ISBN 978-3-87387-746-7, p. 15-17.
  5. Charles Tart: Vivez bien éveillé et conscient. Façons de libérer le potentiel humain – Le guide de l’être conscient. 2e édition. Arbour, Freiamt 1995, p. ??.
  6. Marvin Harris: Anthropologie culturelle – Un manuel. De l’Américain par Sylvia M. Schomburg-Scherff. Campus, Francfort / New York 1989, ISBN 3-593-33976-5, p. 289.
  7. Jean Clottes, David Lewis-Williams: Chamanes: transe et magie dans l’art rupestre de l’âge de pierre (= Thorbecke Speleothek. Volume 2). Thorbecke, Stuttgart 1997, ISBN 3-7995-9051-X.
  8. Jan Ahlrichs: Chamanisme. Dans: Praehistorische-archaeologie.de. Site Web privé, 10 novembre 2016, consulté le 25 février 2019.
  9. E. Orfèvre: Le chemin. Un manifeste écologique. 1ère édition. Bettendorf, Munich 1996, ISBN 3-88498-091-2, p. 423.
  10. Walter Hirschberg, Wolfgang Müller: Dictionnaire d’ethnologie. Nouvelle édition, 2e édition. Reimer, Berlin 2005, pp. 380-381.


La méthode de la Fixation de l’œil Vous est-il auparavant arrivé de vous trouver au tarif de « zoner » regarder un objet intéressant dans la pièce cependant que quelqu’un parle ? Avez-vous complètement manqué ce qu’ils vous ont dit ? Vous avez peut-être été en transe. Tout objet convenable en or point être utilisé pour induire une transe. Les exemples plus connus sont le « pendule à moteur » ou la « montre de reportage à balancier » – bien que ces deux objets soient maintenant associés à l’hypnose de la scène de la farce. Vous avez plus de chances d’échouer et de trouver de la résistance en utilisant ces objets, en raison de réputation. Cependant, il de de deux ans ans ésotérique derrière la fixation des yeux. D’abord, l’objet occupe le conscient, ouvrant le subconscient à la suggestion. Deuxièmement, les yeux sont physiquement fatigués lorsqu’ils se fixent ainsi qu’à bougent d’avant en arrière.