Sélectionner une page


CLEVELAND, Ohio – Les années 1990 sont une décennie intéressante en ce qui concerne le Rock Hall, en particulier par rapport à nos listes précédentes, qui classaient les meilleures pistes publiées par les intronisés du Rock and Roll Hall of Fame dans les années 1960 et 1970 (nous obtiendrons dans les années 80).

Les artistes ne peuvent être intronisés que 25 ans après la sortie de leur premier single ou album officiel. Nous ne sommes donc qu’à la moitié des années 90.

Des artistes comme Jay-Z et Foo Fighters viennent de devenir éligibles au scrutin cette année. Et nous n’avons pas pu inclure des snubs comme Rage Against the Machine, Soundgarden, LL Cool J, Dave Matthews Band et Jane’s Addiction.

Il y a plus d’artistes récurrents sur cette liste que les décennies précédentes. Mais cela crée des débats intéressants au sein de la liste. Comme nous avons inclus les bonnes chansons de Nirvana, Radiohead, Madonna, The Notorious B.I.G. et d’autres? Et combien de fans de Bon Jovi vont nous faire exploser sur les réseaux sociaux pour ne pas avoir inclus de chansons des rockeurs du New Jersey?

Ce sera certainement un voyage nostalgique à l’époque du gangsta rap, du grunge et de la puissance des clips. Mais d’abord, deux règles rapides. Pas de reprise. Et la sortie originale de la chanson (que ce soit sur un album ou en tant que single en premier) devait avoir lieu dans les années 1990.

Nous lançons les «90 plus grandes chansons du Rock and Roll Hall of Fame des années 1990» avec des pionniers du pop-punk qui ont été intronisés à Cleveland en 2015.

Jour vert

90. Green Day – «Elle» (1994)

Cela ne vous surprendra probablement pas que « She » soit juste la première chanson de cette liste que vous allez voir de l’album phare de Green Day « Dookie » (En fait, alerte de spoiler, il n’y a pas de chansons de Green Day album autre que « Dookie »). Billie Joe Armstrong a écrit «Elle» à une petite amie qui a fini par le jeter. Sa vengeance? Mettre la chanson, qui contient l’une des lignes de basse les plus mémorables du pop punk, sur un album qui s’est vendu à plus de 20 millions d’exemplaires. Brûler!

89. The Notorious B.I.G. – « Qui a tiré sur Ya? » (1995)

Piste de Diss destinée à 2Pac ou non, « Who Shot Ya? » a marqué un tournant pour The Notorious B.I.G. Il est arrivé au sommet de la guerre hip-hop côte Est-côte Ouest, établissant une nouvelle barre pour le lyrisme. Biggie a joué la piste de son ami Jay-Z pendant qu’il roulait autour de Brooklyn, signifiant à Jay que le jeu de rap atteignait de nouveaux sommets.

88. Madonna – «Prends un arc» (1994)

De toutes les collaborations de Babyface du début au milieu des années 1990, celle avec Madonna a peut-être été la plus surprenante. Pourtant, Babyface était un véritable hitmaker et personne ne pouvait exprimer la sensualité dans la musique comme Madonna. « Take a Bow » est une musique de fabrication de bébé qui a frappé le numéro 1 des charts et a consommé MTV avec sa vidéo sur le thème du matador.

87. Nirvana – «Sliver» (1990)

Un single non-album sorti en 1990, « Sliver » est l’une des chansons les plus brutes de Nirvana de la décennie et prouve que le groupe était influent au-delà de la simple musique grunge. Écoutez attentivement (ou pas) et « Sliver » préfigure le son du pop punk à ses débuts.

86. Aretha Franklin – «Une rose est toujours une rose» (1998)

« A Rose Is Still a Rose » d’Aretha Franklin est une fantastique réinvention d’un album, dirigé par sa chanson titre produite (et présentée) par Lauryn Hill. Presque tous les producteurs de hip-hop et de R&B faisaient la queue pour travailler avec Franklin. Le résultat est une entrée dans le monde de la soul hip-hop dans une mode engageante.

85. Metallica – «Partout où je peux errer» (1991)

Le moment où Metallica est devenu le Led Zeppelin du heavy metal des années 90. Je suppose que c’était le point avec « The Black Album ». «Wherever I May Roam» s’ouvre sur une instrumentation unique, mais devient rapidement une épopée de destruction qui a tué lors de concerts depuis le début des années 1990.

2Pac

84. 2Pac – «Keep Ya Head Up» (1993)

« Keep Ya Head Up » a été l’un des premiers succès de 2Pac avant qu’il ne devienne une star massive. Dans les cercles traditionnels, il s’est peut-être perdu au fil du temps grâce à des chansons plus flashy. Mais « Keep Ya Head Up » est un morceau adoré du catalogue de Pac et l’incarnation de son côté socialement conscient.

83. Radiohead – «Airbag» (1997)

«Airbag» marque certainement un moment dans le temps. En tant que morceau d’ouverture sur « OK ​​Computer », il marque l’introduction dans le nouveau monde sophistiqué de Radiohead et celui qui vous accroche immédiatement. Son de basse électronique et ses guitares torsadées vous font savoir que nous sommes prêts à vivre une expérience.

82. Aerosmith – «Crazy» (1993)

Aerosmith avait quelques hymnes infectieux de « Get a Grip » de 1993, dont « Cryin ‘ » et « Livin’ on the Edge ». Mais aucun d’entre eux n’a résisté à l’épreuve du temps comme le blues rock, l’hymne d’amour « Crazy » qui a fait tourner les têtes lorsque le groupe a présenté Alicia Silverstone et la fille de Steven Tyler Liv dans le clip.

81. Pearl Jam – «Rétroviseur» (1992)

« Rearviewmirror » était le titre parfait pour la compilation des plus grands succès de Pearl Jam. La chanson de « Vs. » est le modèle ultime pour un air de Pearl Jam stellaire. C’est quelque chose que le groupe reproduira encore et encore sur ses albums. Mais cela n’a jamais été aussi bon, avec cette ligne de basse d’ouverture, les sons de guitare et Eddie Vedder qui chantent les boules au mur.

80. Whitney Houston – «Je suis ton bébé ce soir» (1990)

Le nouveau son jack swing plus raffiné du troisième album de Whitney Houston n’a pas été bien reçu en 1990. Mais la chanson titre a toujours touché toutes les bonnes notes. C’est la fusion parfaite entre l’équipe de production moderne de Houston à l’époque et la voix incroyable du chanteur. Il a marqué un autre single n ° 1 pour Houston.

Santana

79. Santana – «Smooth» (1999)

L’un des succès les plus choquants de la fin des années 1990. Carlos Santana est apparemment sorti de nulle part avec l’un des plus grands albums pop de la décennie dans « Supernatural ». «Smooth», le morceau écrit par Itaal Shur et Rob Thomas, dirigé par la guitare latine de Santana, a ouvert la voie. C’est devenu l’un des plus grands succès radio de tous les temps.

78. Bonnie Raitt – «Je ne peux pas vous faire aimer» (1991)

Avec «Luck of the Draw», Bonnie Raitt était là pour prouver que «Nick of Time» n’était pas un heureux accident en termes de succès. Et elle est venue armée de gros singles pour la soutenir. Après avoir sorti « Something to Talk About », Raitt a dévoilé sa plus grande ballade et son air le plus pop. Écrit par Mike Reid et Allen Shamblin, « Je ne peux pas vous faire aimer » a contribué à faire de « Luck of the Draw » un succès encore plus grand que son prédécesseur.

77. Nine Inch Nails – «Marche des cochons» (1994)

Le premier single de « The Downward Spiral » était une indication claire que Trent Reznor prenait les choses d’un cran pour le deuxième album de Nine Inch Nails. La chanson est l’une des plus uniques du catalogue de NIN, qui dit quelque chose, et rapide à cela. « March of the Pigs » se déclenche en moins de trois minutes, mais il ne faut même pas longtemps pour ressentir son impact.

76. The Notorious B.I.G. – «Avertissement» (1994)

La chanson de narration hip-hop ultime qui est simple à sa surface. Mais bien sûr, Biggie avait un moyen de rendre les choses plus faciles qu’elles ne l’étaient. Un morceau qui prendrait quelques rappeurs pour exécuter des wow avec Biggie changeant de ton, quelque chose dans lequel il était meilleur que quiconque.

75. R.E.M. – « Quelle est la fréquence, Kenneth? » (1994)

Michael Stipe a été formidable de trouver l’inspiration pour une chanson. Le titre de « Quelle est la fréquence, Kenneth? » est tiré d’un incident au cours duquel deux hommes ont attaqué Dan Rather à New York et lui ont demandé « Quelle est la fréquence, Kenneth? » La chanson actuelle consiste à essayer de comprendre la génération X et sa relation avec les médias.

NWA

74. N.W.A. – « N.W.A. – » 100 Miles and Runnin ’ » (1990)

Le timing de « 100 Miles and Runnin ‘ » – à la fois l’EP et sa chanson titre – n’aurait pas pu être mieux. Avec Ice Cube quittant le groupe, les fans ont dû se demander à quoi ressemblerait la NWA sans sa rime supérieure- « 100 Miles and Runnin ‘ » a continué les sons de « Straight Outta Compton » et a montré que la production de Dr. Dre et DJ Yella allait maintenant servir de moteur au groupe.

73. Janet Jackson – «Got‘ til It’s Gone »(1997)

Utilisant un échantillon de l’emblématique «Big Yellow Taxi» de Joni Mitchell, les producteurs Jimmy Jam et Terry Lewis (avec Janet Jackson en tant que coproducteur) ont conçu l’un des points forts de l’avant-garde «Velvet Rope» de Jackson. C’est l’un des morceaux les plus bruyants que Jackson a sorti dans les années 1990. Vous pouvez entendre le léger crépitement d’un disque à l’intro. Jackson n’a pas besoin d’entendre beaucoup de travail et le verset invité de Q-Tip est la cerise sur le gâteau.

72. Beastie Boys – «Sure Shot» (1994)

Les Beastie Boys ont peut-être tourné vers le rock alternatif, mais ils pourraient toujours aller à la vieille école. Pourtant, en termes de sujet, « Sure Shot » est le son des Beasties qui mûrissent alors qu’ils abordent enfin les paroles offensantes qui ont peuplé leurs premiers albums: « Je veux dire un petit quelque chose qui se fait attendre depuis longtemps / Le manque de respect envers les femmes doit passer par / À toutes les mères et les sœurs et les épouses et amis / Je veux offrir mon amour et mon respect jusqu’à la fin. « 

71. U2 – «Encore mieux que la vraie chose» (1991)

Si «Zoo Station» est destiné à être l’échauffement, alors «Encore mieux que la vraie chose» est le moment où vous réalisez que le grand et puissant U2 est de retour dans la zone «Achtung Baby». La performance de l’Edge est monstrueuse sur un rythme énergique qui fait partie des meilleurs U2 jamais créés.

70. 2Pac – «Changements» (1998)

Sorti deux ans après la mort de 2Pac, « Changes » est instantanément devenu la chanson la plus connue du rappeur pour une nouvelle génération, faisant de la compilation « Greatest Hits » de Pac un monstre de vente. « Changements » réutilise des répliques de « Je me demande si le ciel a un ghetto » (quelque chose contre quoi les purs et durs étaient) sur un échantillon fluide de « C’est juste comme ça » de Bruce Hornsby.

69. Red Hot Chili Peppers – «Give It Away» (1991)

Si vous cherchez à combattre l’idée que les paroles d’Anthony Kiedis sur les premiers albums de Red Hot Chili Peppers manquaient de profondeur, «Give It Away» n’est pas la chanson à souligner. Là encore, ces vanteries de rap-rock ont ​​été faites pour la radio alternative du début des années 1990. Cela aide lorsque le funk rock est si bon et que Flea tue absolument la ligne de basse sur ce qui peut être la chanson la plus emblématique du groupe.

68. Madonna – «Justifie mon amour» (1990)

Madonna n’a jamais été subtile en matière de sexe, surtout dans les années 1990. Voir «Erotica» de 1992. Mais «Justify My Love» était un nouveau niveau, arrivant dans «The Immaculate Collection» des années 1990 et mettant en vedette Madonna d’une voix sensuelle, laissant tomber des lignes sensuelles destinées à se mettre dans l’ambiance («Je veux avoir votre bébé!») au cours d’un trip hop hypnotique. C’est l’une des chansons les plus sexy de tous les temps.

67. Radiohead – «Lucky» (1997)

Il est difficile de se démarquer sur un album comme « OK Computer ». Mais une fois que les instruments arrivent derrière Thom Yorke sur «Lucky», il est clair que la chanson est l’une des plus grandes forces de l’album. Cela ressemble à un hymne décisif basé sur l’optimisme qui vient à juste titre de «The Help Album», un communiqué de charité visant à aider les régions qui ont été ravagées par la guerre.

Springsteen

66. Bruce Springsteen – «Le fantôme de Tom Joad» (1995)

Il existe des versions électriques et / ou de couverture de « The Ghost of Tom Joad » qui rock. Mais aucun n’est aussi fantastique que la version folk-rock originale de Bruce Springsteen. Un conte vivant inspiré de la littérature classique et des airs folkloriques, la chanson présente certains des meilleurs contes de Springsteen depuis « Nebraska ».

65. Ennemi public – «Burn Hollywood Burn» (1991)

« Ouais, je vais voir un film. Mais il faudra un noir pour me déplacer.  » Rien n’était vraiment hors de portée de Chuck D, surtout s’il sentait qu’il exploitait la culture noire. « Burn Hollywood Burn » tire des coups de feu sur Hollywood pour sa représentation des noirs dans le film et apporte même Big Daddy Kane et Ice Cube pour le trajet. Ce dernier devait apparaître dans « Boyz n The Hood » plus tard dans l’année.

64. Nirvana – «Anévrisme» (1992)

Une face B que beaucoup considèrent comme le sommet du Nirvana, ce qui est impressionnant étant donné que la face A était «Smells Like Teen Spirit». «L’anévrisme» peut être lié à un amour débordant ou simplement à la drogue («Elle le garde pompé directement dans mon cœur»). Mais, c’est sûr, il sert de vitrine à Dave Grohl, dont la batterie est un tour de force.

63. 2Pac – «Je vous salue Marie» (1997)

Dans une certaine mesure, l’album 2Pac sorti sous le nom de scène Makaveli est un peu surfait. Mais sa plus grande chanson, « Hail Mary », figure parmi les morceaux les plus emblématiques de 2Pac. « Je vous salue Marie » présente certaines des rimes les plus cinglantes de 2Pac, priant un Dieu alors que l’obscurité se referme sur lui. Il n’y a pas de fan de 2Pac ou de bébé rap des années 90 qui ne connaît pas les mots de celui-ci.

62. Pearl Jam – «Better Man» (1994)

Oui, les morceaux plus lents de Pearl Jam qui mettent en valeur la voix d’Eddie Vedder peuvent vous faire grincer des dents à l’idée qu’ils ont inspiré un groupe comme Creed. Mais «Better Man» est une exception. Les fans ne peuvent s’empêcher de chanter sur le morceau étonnant écrit par Eddie Vedder quand il était au lycée. « Better Man » n’est pas sorti en single, mais s’est retrouvé en tête du classement Mainstream Rock Tracks pendant huit semaines.

61. Metallica – «Sad But True» (1991)

« Enter Sandman » a peut-être été le plus gros succès de « The Black Album » de Metallica. Mais aucun riff n’est aussi tonitruant que celui de « Sad But True ». La chanson est la puissance d’un hymne métal qui a servi de dernier single de l’album. Certains fans de Metallica à l’ancienne avaient déjà annulé le groupe. Mais si vous allez à un concert en direct maintenant, tout le monde est à la tête de celui-ci.

60. Eric Clapton – «Tears In Heaven» (1992)

Le hit massif d’Eric Clapton est l’une des chansons les plus déchirantes que vous n’entendrez jamais. Le Temple de la renommée du rock and roll à trois reprises a écrit « Tears In Heaven » après la mort de son fils de 4 ans, Conor. La chanson a été présentée sur la bande originale du film « Rush », mais s’est avérée beaucoup plus grosse que « Tears In Heaven » rapporterait à Clapton trois Grammys.

59. The Cure – «Lettre à Elise» (1992)

Il y a une raison pour laquelle « Letter to Elise » est si aimé des fans de The Cure. C’est un véritable retour aux jours de gloire du groupe et au genre de chanson émotionnellement profonde que vous pourriez entendre sur «Disintegration». Dans les années 1990, Robert Smith avait adopté une pop de rêve plus optimiste. Ainsi, « Letter to Elise » est le meilleur des deux mondes, fusionnant le gothique des années 80 avec les bonnes vibrations d’une chanson comme « Friday I’m in Love ».

GNR

58. Guns N ’Roses -« Tu pourrais être à moi »(1991)

« You Can’t Be Mine » était la première chanson qui signifiait que Guns N ‘Roses était, en effet, le plus grand groupe de rock au monde. Non seulement c’était la première chose que quelqu’un avait entendu des albums à venir du groupe « Use Your Illusion ». Mais il était également attaché à « Terminator 2: Judgment Day », un film qui coûterait plus d’un demi-milliard de dollars. « You Can’t Be Mine » était un grand hymne temporel, à la fois dans sa sortie et son.

57. Michael Jackson – « Remember The Time » (1991)

Lorsque vous avez entendu «Remember the Time» pour la première fois, vous pourriez imaginer une vidéo discrète, douce et touchante. Devine encore. C’est l’une des chansons d’amour les plus contagieuses de la carrière de Michael Jackson avec le groove de Teddy Riley qui pourrait illuminer la piste de danse. Mais, à ce stade, un nouveau clip de MJ a suffi pour arrêter Network TV. Donc, le clip de « Remember the Time » devait être une affaire de célébrités. Pourtant, l’attrait principal de la chanson reste l’un des meilleurs arrangements vocaux de la carrière de Jackson.

56. Metallica – «Rien d’autre n’a d’importance» (1991)

Il y a des purs et durs de Metallica qui détestent « Nothing Else Matters. » Peut-être qu’ils ont tous les deux raison. La première chanson d’amour conventionnelle de Metallica était inattendue. Mais il y a aussi un sentiment qu’il est difficile de nier. Il n’y avait pas de retour en arrière à ce stade pour le groupe. Metallica était maintenant un groupe de rock traditionnel, pour le mieux et pire.

55. Pearl Jam – «Yellow Ledbetter» (1992)

Croyez-le ou non, « Yellow Ledbetter » n’a jamais été un single, mais plutôt un extrait de « Ten ». Pourtant, une fois que les fans et les jockeys de disques radio l’ont entendu du côté B de «Jeremy», il n’y a eu aucun arrêt de son élan. Maintenant, Eddie Vedder ne peut pas commencer à chanter la chanson en live sans que des milliers de fans se chargent de la tâche pour lui.

54. Green Day – «When I Come Around» (1995)

La plupart des «Dookie» ont peut-être trouvé Green Day s’éloignant de ses racines punk vers un territoire plus pop. Mais «When I Come Around» était la chanson qui signifiait que le pop-punk frappait le courant dominant. Le plus gros succès du groupe jusqu’à ce moment-là prouverait une énorme influence sur tous les groupes pop-punk qui ont suivi grâce à un riff de guitare que tout guitariste en herbe pourrait maîtriser.

53. Neil Young – «Harvest Moon» (1992)

La suite spirituelle de Neil Young à son album emblématique « Harvest » n’a pas été à la hauteur de ce statut. Cependant, la chanson-titre sur « Harvest Moon » est tout à fait digne. C’est le sommet du matériel acoustique des années 90 de Young; un chef-d’œuvre d’un air folklorique qui est l’une des plus belles choses que Young ait jamais produites.

52. Beastie Boys – «Alors que veux-tu» (1992)

En 1992, les Beastie Boys ne cadraient plus avec une scène hip-hop centrée sur le gangsta rap. Ainsi, le groupe s’est déplacé dans un territoire rocheux plus lourd. L’impressionnant «Alors que veux-tu» a été un changement de direction, bien sûr. Mais les fans l’ont toujours mangé. Cela correspondait parfaitement à la musique grunge déformée qui envahissait la radio rock à l’époque.

51. Nirvana – «In Bloom» (1992)

Kurt Cobain a eu ses problèmes avec la renommée croissante de Nirvana. Mais rien ne pouvait l’arrêter. Considérez que «In Bloom», l’un des airs les plus avertis de la musique que Cobain ait jamais écrit, concerne les fans de poseurs qui se sont accrochés au groupe uniquement lorsque Nirvana a frappé le grand public. La chanson, dont la vidéo gagnerait un MTV VMA, n’apporterait que plus de poseurs.

Red Hot Chili Peppers

50. Red Hot Chili Peppers – «Scar Tissue» (1999)

Avec le retour du guitariste John Frusciante, les fans espéraient que les Red Hot Chili Peppers reviendraient à leurs racines funk pour la «Californication» de 1999. Mais non. Au lieu de cela, les Chili Peppers se sont complètement réinventés en un groupe de rock alternatif mature sur le superbe single de l’album « Scar Tissue ». Il a marqué certaines des meilleures compositions écrites par le groupe et, pour les purs et durs, a toujours offert un travail de guitare incroyable de Frusciante.

49. Radiohead – «Street Spirit (Fade Out)» (1996)

La piste finale étonnante sur « The Bends » semble assez sombre. Thom Yorke ressemble à une âme perdue. Mais il y a finalement un message sur l’amour. Si «Street Spirit (Fade Out)» sonne comme un R.E.M. chanson (sauf pour la voix distinctive de Yorke), Radiohead a ouvertement admis que les pionniers de l’alt-rock étaient une énorme inspiration.

48. The Notorious B.I.G. – «Hypnotiser» (1997)

Le premier single du double album épique de Biggie «Life After Death» démarre avec l’une des meilleures premières lignes de l’histoire du rap: «Plus malade que votre moyenne …» À ce moment de la carrière de The Notorious BIG, personne ne pouvait contester contre son statut de meilleur dans le jeu. Personne n’a fusionné des raps hardcore avec une sensibilité pop tout comme B.I.G. avec l’aide de Puff Daddy. « Hypnotize » était un monstre à la radio grand public, en tête des charts comme le dernier single The Notorious B.I.G. libéré avant son assassinat.

47. U2 – «Mysterious Ways» (1991)

Les sessions d’enregistrement de «Achtung Baby» étaient notoirement difficiles. La plupart des chansons ont mis du temps à se terminer. Cela comprenait «Mysterious Ways». Ce n’est que lorsque Edge a commencé à jouer avec des sons funk sur son unité d’effets de guitare que le riff emblématique de « Mysterious Ways » est né. U2 a été le plus proche de la création d’une chanson de James Brown.

46. ​​Janet Jackson – «C’est comme ça que l’amour va» (1993)

« C’est comme ça que l’amour va » marque le moment où Janet Jackson est devenue une icône sensuelle. Sa pop percutante des années 1980 était presque disparue, ouvrant la voie à des hymnes magnifiques et hypnotiques. «That’s the Way Love Goes» avait des touches de hip-hop, de R&B, de pop et de funk, aidant la chanson à passer huit semaines au n ° 1 du Billboard Hot 100, ce qui (fait intéressant) est plus long que celui de n’importe quelle chanson de son aînée. frère Michael libéré.

45. R.E.M. – «L’homme sur la lune» (1992)

Pour les jeunes publics qui n’avaient pas regardé la télévision dans les années 80, « Man on the Moon » était probablement la première fois qu’ils entendaient parler d’Andy Kaufman. Le succès de R.E.M mériterait au comédien défunt un culte après les années 1990 et serait même utilisé comme titre pour le biopic de 1999. La chanson est un hommage émouvant, mais aussi l’une des plus belles vitrines de la capacité d’écriture de Michael Stipe.

44. Nine Inch Nails – «Wish» (1992)

Personne n’a été plus surpris que Nine Inch Nails ait remporté un Grammy pour « Wish » que Trent Reznor. Mais « Pretty Hate Machine » a eu un effet sur les fans et les critiques. Ainsi, le brillant « Broken EP » de NIN était très attendu. Et il a livré, mené par la roche industrielle à haute énergie de « Wish ». Il y a de fortes chances qu’aucun autre lauréat d’un Grammy ne ressemble à ça en 1993 ou une autre année.

43. Tom Petty and the Heartbreakers – «Last Dance with Mary Jane» (1993)

Avec Rick Rubin poussant Tom Petty vers plus d’un son minimaliste dans les années 1990, le meilleur matériel de Petty de cette période sonne comme le rock des années 1960. Il n’y a pas de meilleur exemple de cela que «Last Dance with Mary Jane». Le nouveau morceau de rock séduisant, figurant sur Tom Petty et la compilation «Greatest Hits» de Heartbreakers, a été un grand succès à part entière, se hissant au sommet des charts rock.

Radiohead

42. Radiohead – «Karma Police» (1997)

Il est facile de se perdre dans « Karma Police ». C’est le genre de chanson qui vous endormit avant que sa partie de guitare discordante n’arrive. Le plus mémorable de la chanson, en ce qui concerne « OK Computer », c’est que la nouvelle obsession de Radiohead pour la technologie a encore fait place à des crochets que vous ne pouviez pas sortir de votre tête.

41. Madonna – «Rayon de lumière» (1998)

Basé sur la chanson folk psychédélique de Clive Maldoon et Dave Curtiss « Sepheryn », « Ray of Light » a été un moment décisif pour Madonna. Pour tous ses sons électroniques, il présente l’une des meilleures performances vocales de Madonna. Bien sûr, le morceau trouverait Madonna a introduit les genres électroniques de la fin des années 1990 comme la transe et la techno dans le monde de la pop plus que quiconque jusque-là.

40. Public Enemy – «911 Is a Joke» (1990)

Faites toutes les blagues que vous voulez sur Flavour Flav. Mais il était aussi essentiel à Public Enemy que n’importe quoi, faisant rebondir sa comédie et sa satire sur le sérieux de Chuck D. Et il ne fait aucun doute que « 911 Is a Joke » est la piste définitive de Flav. Les échantillons hachés de Bomb Squad sont une chose de beauté (y compris le rire « Thriller » de Vincent Price) sur une piste qui est devenue autant une sensation de culture pop que tout ce que PE a fait de ce côté de « Fight the Power » de 1989.

39. Pearl Jam – «Jeremy» (1991)

Même avant le succès massif du clip de « Jeremy », Pearl Jam était sur l’idée d’être des stars de la vidéo. Mais la controverse et la discussion sans fin entourant le clip l’ont affirmé. « Jeremy » est une grande chanson. Mais le fait que la chanson / vidéo s’est inspirée d’un reportage sur un étudiant qui s’est suicidé devant ses camarades de classe, ce qui aurait attiré l’attention des médias que le groupe n’avait jamais demandé. Pourtant, « Jeremy » gagnerait la vidéo de l’année aux VMA de 1990.

38. 2Pac – «Dear Mama» (1995)

Avant le début de l’agression lorsqu’il a signé avec Death Row Records, 2Pac s’est retrouvé dans un état vulnérable sur « Me Against the World » de 1995. C’était un homme qui avait l’impression que tout le monde était contre lui et cela a rendu ses chansons les plus personnelles et les plus percutantes à ce jour. « Dear Mama » a été une surprise, mais une chanson qui a rappelé aux gens le côté plus doux du rappeur. Le triomphe d’une chanson a également fait une star de la mère de 2Pac, Afeni Shakur, une militante radicale à part entière.

37. Green Day – «Basket Case» (1994)

Avec le deuxième single de « Dookie », Green Day est devenu des superstars. Il était impossible de regarder MTV pendant plus d’une heure en 1994 et de ne pas voir le visage fou de Billie Joe Armstrong chanter les mots « Avez-vous le temps … » La chanson a été inspirée par les luttes d’Armstrong avec un ordre d’anxiété et sert de pièce maîtresse du plus grand album de Green Day.

36. Janet Jackson – «Together Again» (1997)

«Together Again» a commencé comme une ballade. Et cela aurait bien fonctionné comme ça. La chanson a été inspirée par Janet Jackson apprenant qu’elle avait perdu un ami du sida, ainsi qu’un fan qui avait perdu son père. Mais la chanson s’est transformée en un numéro de maison uptempo. Cela n’enlève rien au sentiment. En fin de compte, ce que vous aviez était l’une des chansons de danse les plus émouvantes de tous les temps, qui a atteint de manière appropriée le n ° 1 dans les charts.

35. Nirvana – «Viens comme tu es» (1992)

La controverse de Nirvana soulevant le riff légendaire pour « Come as you are » des pionniers post-punk Killing Joke a volé principalement sous le radar. Il en était de même pour la pensée qu’il avait été retiré de The Damned. Quoi qu’il en soit, après «Come as you are», appartenu à Nirvana et est devenu l’une des pièces maîtresses du genre grunge. La chanson est le véritable hymne de l’angoisse de l’adolescence de Nirvana et la mélodie la plus pertinente du groupe, tout au long des paroles menaçantes de Cobain « Je jure que je n’ai pas d’arme … »

Michael Jackson

34. Michael Jackson – «Noir ou blanc» (1991)

Quiconque ne pense pas qu’un artiste comme Michael Jackson appartient au Rock Hall, je vous donne le fait qu’il a sorti l’un des plus grands Roche chansons des années 1990. D’accord, donc «Black or White» a ses influences dance et hip-hop. Mais l’argent est le riff de guitare, joué par le producteur Bill Bottrell (qui fournit également le caméo de rap de la chanson). La vidéo était ringarde (Macaulay Culkin, vraiment?). Mais «Black or White» est peut-être la chanson définitive de Jackson des années 90.

33. Beastie Boys – «Intergalactic» (1998)

Beastie Boys a emballé beaucoup de matériel sur « Hello Nasty » de 1998. Mais la chose à laquelle vous ne pouvez pas vous empêcher de vous souvenir le plus est «Intergalactic» et ses vibrations incroyables et hors du commun. Les rimes sont familières. Pourtant, c’est le son électronique qui relancerait le retour des Beasties plus de 20 ans après les débuts du groupe.

32. Radiohead – «Creep» (1992)

Nous avons compris. Radiohead ne veut rien avoir à faire avec «Creep», son premier hit qui a intégré le groupe au rock alternatif grunge du début des années 1990. Heureusement pour Thom Yorke et sa société, « Creep » n’est pas nécessairement identifié à Radiohead. Il a tendance à se démarquer comme, oui, l’une des grandes chansons de rock alternatif axées sur le grunge avec le son de guitare le plus contagieux de son époque. Radiohead n’a peut-être aucun intérêt à le jouer, mais cela ne nous a pas arrêtés.

31. Bob Dylan – «Pas encore sombre» (1997)

« Not Dark Yet » n’est pas seulement le meilleur morceau de l’album de retour de Bob Dylan en 1997 « Time Out of Mind », c’est le tournant décisif et le moment le plus sombre de l’album (malgré ce que le titre pourrait suggérer). Pourtant, c’est à ce moment-là, où vous attendez la suite, que les choses se retournent. Ce fut le cas pour la carrière de l’album Dylan, qui a connu une résurgence.

Whitney Houston

30. Whitney Houston – «Je n’ai rien» (1992)

Nous n’avons pas inclus de couvertures sur cette liste ou sûrement « I Will Always Love You » de Whitney Houston aurait fait la coupe. Cependant, ce n’est même pas le vrai showstopper de la bande originale de « The Bodyguard ». Ce titre revient à «I Have Nothing», une chanson plutôt basique écrite par David Foster et Linda Thompson que Houston pousse à des sommets épiques. Ses tambours lourds et son arrangement de cordes ne sont éclipsés que par la puissance vocale apparemment illimitée de Houston à travers de multiples fausses fins.

29. Nirvana – «Toutes les excuses» (1993)

L’un des grands fermeurs d’albums de l’histoire du rock and roll. « Toutes les excuses » est un coup de poing émotionnel et peut-être la chanson la plus épuisante que Kurt Cobain ait jamais écrite. La version studio est impeccable. Mais c’est le rendu « MTV Unplugged » de la chanson qui brûle dans la tête de tout le monde. C’est l’une des dernières images de Cobain, environ six mois avant que son suicide ne secoue le monde de la musique.

28. AC / DC – «Thunderstruck» (1990)

La mission d’AC / DC sur «The Razors Edge», le premier album du groupe des années 90, était de ressembler à l’ancien AC / DC. Indépendamment de ce que vous pensez de l’album dans son ensemble, le groupe a certainement accompli cela avec le le morceau d’ouverture « Thunderstruck », qui présente l’un des plus grands riffs de guitare d’Angus Young.

27. Pearl Jam – «Velours côtelé» (1994)

« Corduroy » n’a jamais été un seul. Mais c’est peut-être la plus grande chanson de Pearl Jam. Il contient tout ce qu’il y a de mieux à propos de Pearl Jam, du jeu lent d’une ouverture à ces guitares énergiques en passant par un chœur, à la fois sincère et mystifiant. la dernière minute de « Corduroy » est absolument douloureuse. C’est le genre de chanson de Pearl Jam que même les plus grands ennemis du groupe doivent donner des accessoires.

26. Tom Waits – «Hold On» (1999)

Les «Variations de mule» de Tom Waits étaient similaires sur le plan sonore à sa «Bone Machine» très expérimentale, mais plus dépouillées. Mais la chanson qui ressemble le plus à un retour au matériel de Waits en début de carrière, mais au blues folk brut sur lequel il a construit son son est le superbe « Hold On ». Le concept selon lequel nous nous accrochons tous à quelque chose n’a rien de nouveau. Mais entre les mains de Waits, cela devient un puissant hymne pour se déplacer dans un nouvel environnement tout en essayant de se rappeler d’où vous venez.

25. Red Hot Chili Peppers – «Sous le pont» (1992)

« Under the Bridge » n’était qu’un poème posé dans le cahier d’Anthony Kiedis lorsque les Red Hot Chili Peppers sont allés enregistrer « Blood Sugar Sex Magik ». En le voyant, Rick Rubin savait qu’il avait quelque chose de spécial. Mais ce n’est que lorsque John Frusciante a inventé la partie mémorable de la guitare et que Chad Smith a sauté sur la batterie que les Chili Peppers avaient le single magique qui ferait savoir au monde qu’ils étaient bien plus que des bros funk metal.

Janet Jackson

24. Janet Jackson – «Si» (1993)

Janet Jackson avait déjà incorporé du rock dans son son. Mais la fusion du nouveau jack swing, du trip-hop, de la soul et du rock industriel que Jimmy Jam et Terry Lewis ont proposé avec «If» est au niveau supérieur. Et Jackson la rencontre de front, rappant les couplets avant d’apporter son beau ton à un refrain qui prend son envol.

23. Nirvana – «Lithium» (1991)

« Lithium » est peut-être la chanson qui vous reste le plus de « Nevermind », ce qui veut dire que « Lithium » est peut-être la chanson la plus modérée de l’album. Mais la chanson de Kurt Cobain sur un homme qui se tourne vers Dieu pour combattre la dépression et les pensées suicidaires est une bombe trompeuse d’un hit rock qui a cimenté le Nirvana comme quelque chose au-delà des miracles. C’étaient de vrais dieux du rock.

22. The Notorious B.I.G. exploit. Puff Daddy and Mase – «Mo Money Mo Problem» (1997)

It starts with the Diana Ross sample. The shiny suits, the flashy video and Kelly Price’s powerful vocals on the hook are just accent pieces. Where “Mo Money Mo Problems” solidifies itself as an all-time hip hop classic is in Biggie’s verse. If you’re at a party and you don’t know “B-I-G P-O-P-P-A, no info for the DEA…” then you might as well leave. All cool points are lost.

21. Bruce Springsteen – “Streets of Philadelphia” (1994)

Vocals, a drum machine and keyboard. That’s all Bruce Springsteen needed to create the moving anthem for Jonathan Demme’s film “Philadelphia.” It’s enough to make a man cry, which “Streets of Philadelphia” has certainly done many times over. What’s incredible about the song, other than the songwriting, is the fact that the 90s were probably Springsteen’s least-great decade. And yet, the guy still won an Academy Award and four Grammys with this track alone.

20. Guns N’ Roses – “November Rain” (1992)

Whether Slash or the other members of Guns N’ Roses not named Axl like it, GN’R was the biggest band in the world at the start of the 1990s. And Axl Rose had the song in “November Rain” to prove it. It’s hard not to get caught up in this near 9-minute epic. And no matter what he says now, Slash looks pretty damn cool in the video delivering that guitar solo.

19. Radiohead – “Fake Plastic Trees” (1994)

Perhaps no song, thematically, sums up Radiohead better than “Fake Plastic Trees.” The track from “The Bends” let you know exactly what kind of band Radiohead was going to be post-« Creep. » It’s a love song about a down on his luck guy who finally finds the girl of his dreams, but is so overwhelmed by it he has to get away. And boy does the band capture that stunning moment with one hell of a final chorus and soaring guitar part.

Nirvana

18. Nirvana – “Heart-Shaped Box” (1993)

“I wish I could eat your cancer when you turn black. » Kurt Cobain’s way of saying I love you on the “In Utero’s” first single should have been our first clue as to just how dark things were getting for him. Of course, the rest of “Heart-Shaped Box” takes care of that for us, from its sinister pace, the pounding drums and Cobain’s cutting guitar riffs. It’s a colossal achievement of despair.

17. Green Day – “Longview” (1994)

There are a handful of Green Day songs you can get away with claiming are the best. But there’s a good chance it will come back to “Longview,” the band’s first No. 1 on the rock charts. Ironic, considering it’s about boredom. The bass line stands as one of the greatest in rock history, while Billie Joe Armstrong’s lyrics are some of the most singalong worthy he ever put on record.

16. R.E.M. – “Nightswimming” (1992)

“Nightswimming” is a song that instantly invokes nostalgia with such a sense of loss and mortality that it aided the false rumor that Michael Stipe might be dying of cancer or AIDS. Instead, he was simply in the zone, creating the biggest album of “R.E.M.’s” career in “Automatic For the People. » “Nightswimming’s” vivid lyrics are only matched by John Paul Jones’ string arrangements. This is songwriting of the highest order.

15. Depeche Mode – “Enjoy the Silence” (1990)

With the second single from its greatest albums, Depeche Mode became bigger than ever. “Enjoy the Silence” wasn’t just better than the 1989 single “Personal Jesus,” it was more appealing to the masses, something that was long overdue for one of the great electronic acts of all time. The opening chords are unmistakable. With “Enjoy the Silence, » Depeche Mode managed to deliver the best synthpop of the late 1980/early 1990s while foreshadowing the future or electronic music.

14. Nine Inch Nails – “Closer” (1994)

Disturbing? Intoxicating? Visceral? Sexy? All of the above. Nine Inch Nails’ sound was always rooted in industrial rock. But “Closer” was a different kind of beast even for Trent Reznor, who was now incorporating funk and electronic music into the band’s sound. “Closer” was the second single from “The Downward Spiral” and the song that transformed NIN into one of the biggest bands in the world. It redefined alternative rock.

13. Public Enemy – “Welcome to the Terrordome” (1990)

What happens when the world’s most powerful rap group is backed into a corner? “Welcome to the Terrordome.” With Professor Griff booted out of the group after his homophobic and anti-Semetic comments, Chuck D and Public Enemy were intent on making sure people (specifically, the media) knew the group was still strong. “Welcome to the Terrordome” is a scathing anthem built on monumental phrases proclamations like “refuse to lose » and “crucifixion ain’t no fiction.” And the production, courtesy of The Bomb Squad, is just as scathing as Chuck’s words.

12. Metallica – “Enter Sandman” (1991)

There was a point where Metallica got too big. Whether the band’s fault or not (it was kind of their fault), Metallica’s music became metal we could all love, which kind of went against the spirit of metal. Yet, while “Enter Sandman” is the song chiefly responsible for the 30 million copies of “The Black Album,” it’s hard to hate it. Kirk Hammett iconic riff still gives you chills. And for all the pop-oriented production from Bob Rock, there’s a ferocity that harks back to Metallica’s underground days.

11. Michael Jackson and Janet Jackson – “Scream” (1995)

Go ahead and try to find two pop stars with such massive solo careers that teamed up for a song that matches the audacity and brilliance of “Scream.” You could make the case that Janet was bigger than her brother at this point. But she definitely follows Michael’s lead on the futuristic, glass-breaking song that melds elements of electronic, hip hop, industrial rock and the new jack swing style both had already mastered by this point. And we haven’t even mentioned the video yet. “Scream” was a pop music event.

Pearl Jam

10. Pearl Jam – “Alive” (1991)

Pearl Jam’s debut single is the track that spawned hundreds of terrible bands that surfaced in mid-to-late 1990s. You can blame Eddie Vedder and company if you want. But they did their job, releasing a soaring rock anthem right out the gate that was tailor made to rule over live shows. It’s still one of the first songs you think of when you think of Pearl Jam and grunge as a whole.

U2

9. U2 – “One” (1992)

U2 has written better songs than “One. » But few, if any, were as important. U2 was on the verge of calling it quits before the release of “Achtung Baby.” But a chord progression the Edge came up with turned into the song that would bring the bandmembers back together. Bono’s melancholy lyrics about a fractured union have been interpreted a variety of ways over the years. But there’s no mistaking the fact that U2 needed “One” more than anyone.

Biggie Juicy

8. The Notorious B.I.G. – “Juicy” (1994)

“It was all a dream…” It’s been said time and time again that no song sums up the spirit of rap music more than “Juicy.” It’s the ultimate rags to riches story. Yet, Biggie didn’t even want to record it. The hardcore rapper in him felt the Mtume sample was a too lightweight. But Puff Daddy had a bigger vision in mind. The Notorious B.I.G. recorded the track in one take without even writing the lyrics down. The rest is hip hop history.

Beastie Boys

7. Beastie Boys – “Sabotage” (1994)

From a song standpoint, “Sabotage” wasn’t a huge success on the charts. But once the video, directed by Spike Jonze, hit, all bets were off. The Beastie Boys were cemented as goofball artists and one heck of a band. They trio plays every instrument on the track, which is accompanied by DJ scratching. As much a rock song as a rap song (if not more the other way), “Sabotage” is a panic attack you never want to go away.

Madonna Vogue

6. Madonna – “Vogue” (1990)

It wasn’t just the amazing video or the dance craze it was inspired by. Madonna wasn’t a dance-music pioneer, but she was better than anyone at bringing it to the mainstream months, if not years before other major pop stars caught on. “Vogue’s” house vibes are never alienating, mainly because they’re rooted in the best elements of disco. Madonna knew how to make a great pop song. But “Vogue” was as much a global sensation as anything she ever did.

Losing My Religion

5. R.E.M. – “Losing My Religion” (1991)

R.E.M. is the band most responsible for creating, or at least popularizing, what we came to know as alternative rock. So it both was and wasn’t surprising when the band conquered the world in the 1990s. Musically speaking, “Losing My Religion” isn’t all that different from the music Michael Stipe crafted in the 1980s. It’s just far more wide-reaching in its themes and melody, thanks in no small part to Peter Buck’s mandolin playing. it might be the most universally beloved pop song since “Every Breath You Take,” while only slightly less creepy.

amour californien

4. 2Pac feat. Dr. Dre – “California Love” (1995)

If “Nuthin’ but a ‘G’ Thang” was Dr. Dre’s crowning achievement. Then the beat for “California Love” is the victory lap. At this point, the East-West rap rivalry was in full swing with 2Pac as one of the two biggest rappers in the world. With “California Love,” Dre provided him with the funked out, piano driven beat that cemented Pac’s status. “Out on bail, fresh out of jail, California dreaming…” had everyone was throwing up the westside hand gesture, no matter where you lived.

Paranoid Android

3. Radiohead – “Paranoid Android” (1997)

The song considered art rock’s “Bohemian Rhapsody” or “Stairway to Heaven.” Radiohead’s “Paranoid Android” isn’t as intentionally grandiose as those two songs. But it’s certainly as epic. It’s combination of acoustic sounds and electronic music create something dizzying, while being extremely melodic. A lot of what Radiohead did with its stunning masterpiece of a song would become commonplace in the 21st century. But no one was able to reach its heights Radiohead did in 1997. Well, except maybe for Radiohead.

NIN hurt

2. Nine Inch Nails – “Hurt” (1995)

The Johnny Cash version of “Hurt,” which he released in 2003, is amazing. It may be the greatest cover song of all time. But it’s not as powerful as Trent Reznor’s original. You have to remember that “Hurt” ends “The Downward Spiral,” an album true to its name that follows a man as he inches his way towards suicide. The song’s haunting opening words are absolutely devastating. “Hurt” represents the moment where you decide who you are and if you want to go on. The fact Reznor captured that feeling on a record is something to marvel at every time you hear it.

Nirvana

1. Nirvana – “Smells Like Teen Spirit” (1991)

How obvious, right? What it all comes down to is that we’ll probably never see another song like “Smells Like Teen Spirit. » Musically, it’s an incredible achievement — a hard rock song that’s as infectious as any pop song you will ever hear. Meanwhile, the video, filled with images that came to represent a generation of teen-angst, took MTV by storm. Music videos don’t have that kind of power anymore. Nirvana caught lightning in a bottle and became the greatest anti-heroes in music history.

Technique de relaxation Pourquoi les thérapeutes demandent-ils de « se mettre à l’aise » et de fournir un canapé en cuir bien ajusté pour s’allonger ? C’est plus que de la simple courtoisie. La relaxation est une méthode diarrhée utilisée parmi thérapeutes mais également une technique d’hypnose pour débutants. Si le client est détendu, il peut tomber en transe et l’esprit est ouvert à la suggestion. Il est plus susceptible de vous crier et d’être ouvert à des présage indirectes. Voici quelques méthodes de relaxation courantes : Mettez-vous à l’aise Allongez-vous. Compte à rebours dans votre tête Respiration contrôlée Détend et raffermit les muscles Parlez d’un ton doux