Sélectionner une page


Corona-Diabetes1
Crédit d’image: Gulf News

Si vous souffrez de diabète, une attaque au COVID-19 pourrait avoir de graves répercussions sur votre santé. Ce n’est pas nouveau. Le diabète est une comorbidité connue – une affection sous-jacente qui pourrait compromettre la capacité du système immunitaire humain à combattre le nouveau coronavirus.

Ce qui est nouveau, ce sont les taux élevés de sucre dans le sang des patients COVID-19 qui ne souffrent pas de diabète. La plupart de ces cas ont été signalés en Inde. Les hôpitaux publics de Mumbai ont signalé des cas de patients atteints d’hyperglycémie (taux élevé de sucre dans le sang) avec des lectures d’environ 400 à 500 mg / dL. (Une glycémie inférieure à 140 mg / dL est considérée comme normale).

Certains de ces patients sont très jeunes, environ 25 ans. Beaucoup d’entre eux n’ont pas d’antécédents de diabète: ils ne sont ni prédiabétiques ni diabétiques non diagnostiqués.

En règle générale, les maladies, les infections, les blessures ou le stress peuvent entraîner des niveaux élevés de sucre dans le sang. Mais une poussée de sucre chez les patients COVID-19 non diabétiques est inhabituelle, Miroir de Mumbai cite le Dr Jeenam Shah, pneumologue.

COVID-19 est principalement une maladie respiratoire, où le coronavirus attaque les poumons. Mais d’autres complications incluent des dommages aux tissus du foie, des reins, des intestins et du cœur, entraînant une insuffisance organique. Des caillots sanguins et des infections virales et bactériennes supplémentaires, des lésions cérébrales et du système nerveux central ont également été signalés.

Plus de six mois se sont écoulés depuis que le virus, nommé SARS-CoV2, a fait surface à Wuhan, en Chine. Depuis, il s’est propagé à plus de 216 pays et territoires et a infecté plus de 12 millions de personnes. Aujourd’hui encore, après plus de 555 000 décès, l’ampleur des problèmes de santé causés par le virus n’est toujours pas connue. Chaque jour, de nouvelles complications sont signalées.

Effets du coronavirus
Crédit d’image: Seyyed Llata ​​/ Gulf News

Tout le monde n’est pas à risque de développer des complications de COVID-19. Les conditions médicales sous-jacentes augmentent le risque de complications, et le diabète en fait partie.

Qu’est-ce que le diabète?

Le diabète est une condition lorsque le corps ne parvient pas à produire suffisamment d’insuline pour traiter le sucre dans le sang. L’insuline, une hormone produite par le pancréas, aide à déplacer le sucre ou le glucose du sang vers les cellules du corps.

Le corps décompose les glucides des aliments en sucre (glucose), qui est absorbé dans la circulation sanguine. Et le glucose est nécessaire aux cellules du corps pour produire de l’énergie. Le manque d’insuline pour transporter le glucose dans les cellules entraîne une léthargie (manque d’énergie) et entraîne d’autres complications.

Grâce à l’insulinothérapie et à d’autres traitements, les personnes atteintes de diabète peuvent gérer la maladie et mener une vie saine.

Trois types de diabète

Diabète de type 1: Dans ce cas, l’organisme ne produit pas d’insuline, d’où le nom de diabète insulino-dépendant. Auparavant, il était appelé diabète juvénile, car la maladie apparaît généralement dans l’enfance ou l’adolescence, mais les adultes peuvent également développer un diabète de type 1.

Il n’y a pas de remède pour la maladie, qui serait due à des facteurs génétiques et à certains virus. Le traitement se concentre généralement sur la gestion du taux de sucre dans le sang avec de l’insuline, ainsi que sur l’alimentation et le mode de vie.

Diabète de type 2: Il s’agit de la forme la plus courante de diabète, où le corps ne produit pas suffisamment d’insuline ou l’insuline produite n’est pas utilisée correctement. Lorsqu’il n’y a pas assez d’insuline pour déplacer le sucre du sang vers les cellules du corps, le taux de sucre dans le sang augmente considérablement.

Cette condition peut être très bien gérée avec des changements de style de vie, principalement le régime alimentaire et l’exercice. Les cas aigus nécessiteront des médicaments.

Diabète gestationnel: Elle survient lorsque la glycémie devient élevée pendant la grossesse. Le diabète gestationnel a tendance à disparaître après l’accouchement, mais il augmente le risque de diabète de type 2 plus tard. Le diabète gestationnel de classe A1 peut être géré par l’alimentation et l’exercice, mais les femmes atteintes de diabète gestationnel de classe A2 auront besoin de médicaments.

Quels sont les symptômes du diabète?

Les symptômes généraux décrits dans WebMD inclure une soif accrue; sensation de faim très souvent; urination fréquente; perte de poids inexpliquée; fatigue; Vision floue; maux de tête; gencives rouges et enflées; guérison lente des infections; sensation de picotement dans les mains et les pieds et perte de conscience.

Il existe une multitude de complications liées au diabète, notamment l’hypoglycémie (le taux de sucre dans le sang tombe en dessous de 70 mg / dL), l’hyperglycémie (le taux de sucre dans le sang dépasse 180-200 mg / dL), les lésions nerveuses, le glaucome et bien d’autres.

Pourquoi les diabétiques sont vulnérables à COVID-19

Les personnes atteintes de diabète n’ont pas de système immunitaire solide pour lutter contre le nouveau coronavirus. La diminution de la production d’insuline a un impact sur l’immunité et rend le corps vulnérable aux infections et autres problèmes de santé chroniques.

Les personnes atteintes de diabète ont tendance à avoir un flux sanguin inférieur à la moyenne, ce qui rend difficile pour le corps de transporter des nutriments pour se protéger contre les infections et aider au processus de guérison. Le diabète maintient également le corps dans un état d’inflammation de bas niveau, de sorte que la réponse de guérison à toute infection sera plus lente, explique La science médicale aujourd’hui.

Des niveaux élevés de sucre dans le sang et un état d’inflammation persistant font qu’il est difficile pour les personnes atteintes de diabète de se remettre de maladies comme COVID-19.

Comment le coronavirus attaque le corps

Lorsqu’une personne inhale des gouttelettes chargées de virus, le SRAS-CoV-2 pénètre dans le nez et la gorge. La muqueuse du nez est riche en enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), qui aide généralement à réguler la pression artérielle. L’ACE2 est la porte d’entrée du coronavirus dans une cellule. Le virus infecte une cellule en se fixant à sa surface via le récepteur ACE2. Ceci est facilité par l’enrobage de sucre sur l’ACE2 et le virus.

Une fois à l’intérieur de la cellule, le virus détourne les fonctions cellulaires et l’utilise pour se répliquer rapidement. Les copies les plus récentes continuent d’envahir plus de cellules. À ce stade, si le système immunitaire est incapable de maîtriser le virus, il se déplace à travers la trachée vers les poumons.

L’état du patient se détériore à mesure que les tissus pulmonaires regorgent d’ACE2, ce qui en fait le lieu privilégié (certains l’appellent Ground Zero) pour que le coronavirus lance des attaques. À ce stade, la situation peut devenir critique et les infections peuvent déclencher une tempête de cytokines (une réaction excessive du système immunitaire du corps qui peut être fatale).

RENDER-COVID
Crédit d’image: Seyyed Llata ​​/ Gulf News

L’ACE2 se trouve également dans le pancréas et d’autres organes, mais pas aussi densément que dans les poumons.

Adam M. Brufsky, professeur de médecine, Université de Pittsburgh, fait valoir dans le Journal of Medical Virology que la gravité de l’infection par COVID-19 est influencée par la concentration de l’enrobage de sucre sur le virus et les récepteurs ACE2 dans les tissus pulmonaires. Ainsi, une glycémie élevée augmente non seulement le nombre de récepteurs ACE2 dans les poumons, mais fournit également une concentration accrue dans l’enrobage de sucre. Conditions idéales pour une invasion du virus COVID-19.

Comment les personnes atteintes de diabète peuvent battre COVID-19

Les personnes atteintes de diabète peuvent éviter de graves complications liées à COVID-19 si les niveaux de sucre dans le sang sont bien gérés. La fluctuation de la glycémie augmente le risque car la capacité du corps à combattre les infections est compromise.

Étant donné que COVID-19 est une infection virale, il peut augmenter l’inflammation ou l’enflure interne entraînant des complications plus graves.

Pourquoi les personnes non diabétiques reçoivent une pointe de sucre

Une augmentation soudaine du taux de sucre dans le sang est la réponse du corps aux inflammations, aux infections ou aux traumatismes. C’est une réponse au stress qui se traduit par une glycémie supérieure à la normale, selon un rapport publié La science médicale aujourd’hui.

Le corps d’une personne doit donc produire de l’insuline supplémentaire pendant une maladie. Mais le stress empêche le corps de libérer de l’insuline, permettant au glucose d’accumuler du sang. Un stress persistant entraînera des niveaux de sucre plus élevés.

Pourquoi certains patients COVID1-9 développent un diabète temporaire

Une attaque virale est suffisamment de stress pour que le corps réagisse avec une production de sucre supplémentaire. Mais dans de nombreux cas, en particulier ceux signalés à Mumbai, en Inde, la poussée de sucre dans COVID-19 a été temporaire. Et les médecins étudient actuellement ces patients pour voir s’ils développent un diabète de type 2 plus tard dans la vie.

Aux États-Unis, des médecins ont signalé que de nombreux patients atteints de COVID-19 dans leurs hôpitaux souffraient non seulement de diabète et de prédiabète, mais que d’autres avaient une glycémie élevée sans le savoir, écrit Brufsky dans La conversation.

Cette poussée de sucre temporaire avait également été remarquée chez les patients atteints du SRAS (causé par un autre coronavirus), dit-il.

Comment le coronavirus affecte la production d’insuline

Les médecins des hôpitaux municipaux de Mumbai insistent sur le fait que les poussées de sucre chez leurs patients ne sont pas des cas de diabète non diagnostiqué.

L’observation de Shashank Joshi, un endocrinologue basé à Mumbai, contient peut-être des indices sur ce phénomène. « Non seulement les patients arrivent avec des niveaux élevés de glucose, mais ils ont également des enzymes pancréatiques élevées », a déclaré Joshi au Temps de l’Inde.

Cela peut être dû à la présence de nombreux récepteurs ACE2 sur les cellules des îlots, qui produisent de l’insuline dans le pancréas. Si un coronavirus infecte ces cellules, elles cesseront de produire de l’insuline, ce qui entraînera un diabète temporaire.

Pourquoi les patients COVID-19 sont invités à ne pas prendre de sucre

Quand il y a plus d’insuline, il y a moins de sucre. Cela signifie moins de récepteurs ACE2 et moins de sucre sur les récepteurs ACE2, ce qui peut réduire les chances qu’un virus pénètre dans les cellules. C’est peut-être la raison pour laquelle les médecins disent aux patients COVID-19 d’éviter les aliments sucrés.

Témoignages :
Elle est évité aliments transformés, glucides « blancs » et les sodas. Elle suivait religieusement les cours de xxxx . Et elle avait certainement de la discipline : Elle avait jà égaré – et gardé pendant des années – 15 kilos par la suite d’un régime alimentaire à base de hCG par-dessous contrôle médical, qui consiste à manger réduction des 800 calories quotidiennement et à recevoir des injections d’une hormone commercialisée pour supprimer l’appétit. Et pourtant, 20 et pourquoi pas 30 derniers kilos n’ont de profil simple pas été éliminés. Il ne restait qu’une possibilité : une séance avec un hypnothérapeute local, à qui elle avait entendu parler en un ami sur Facebook et avec qui était en contact selon téléphone. « Nous ne parlions pas de nourriture, nous ne parlions pas de régime alimentaire ainsi qu’à de calories à l’intérieur pendant rapport aux calories à l’extérieur … était un peu au tarif de changer le état d’esprit », il mes aidé grâce a des seance d’auto hypnose. Et c’est même performante pour toutes ses interrogation que l’on se pose:
perte de poids femme ? perte essentiel homme ? perte considérable hypnose ? perte considérable alimentation ? perte de poids après 40 ? perte grand dernier de si de temps ? perte essentiel et fatigue ? perte essentiel efficace? perte de poids naturelle ? perte important que manger ? perte grand regime ? perte grand NeuroPsychologie ? seance d’hypnose perte de poids ? Plus précisément, lors de certaines séances, elle est guidé dans un état de profonde relaxation. Elle y est encouragée à visiter et à affronter certaines des barrières mentales et émotionnelles, tel que la réflexion et la recherche excessives sur les choix alimentaires qui l’ont empêchée d’atteindre ses objectifs. Plus tard, elle a intégré dans sa psyché des lexie telles que « je perds du poids et sans effort ». Six salaire plus tard, avait égaré en or moins cinq kilos. Une que j’ai surmonté la barrière de la « surréflexion » et que j’ai accepté de perdre du poids et dépourvu effort, tout s’est arrangé – je savais que les choix que nous-mêmes faisais étaient bon pour moi », explique Cipriani, qui s’est concentrée sur la consommation d’aliments complets comme les protéines maigres, graisses saines et les céréales complètes, et est travaillé avec un entraîneur personnel. Elle a fini pendant perdre le reste de son poids et le possède maintenu à ce jour, approximativement quatre ans plus tard.