Sélectionner une page


Table des matières
Types | Facteurs de risque | Symptômes | Diagnostic | Traitement | Complications | La prévention

Troubles du sommeil: un aperçu

Environ un adulte américain sur trois ne dort pas suffisamment la nuit. [1] C’est un problème, et pas seulement parce qu’un manque de sommeil laisse beaucoup de gens groggy pendant la journée. Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), un mauvais sommeil est associé à des risques élevés pour un certain nombre de maladies, de l’obésité et du diabète à la dépression. [2]

Un trouble du sommeil est un problème récurrent qui perturbe la qualité ou la quantité de sommeil que vous obtenez la nuit. Alors que certains troubles du sommeil sont causés par une condition médicale sous-jacente, d’autres ne le sont pas.

Selon certaines estimations, près de 75 pour cent des adultes éprouvent des symptômes d’un trouble du sommeil chaque semaine, et jusqu’à 30 pour cent des enfants sont également aux prises avec une forme de perturbation du sommeil. [3] Bien qu’un pourcentage élevé d’hommes et de femmes souffrent de troubles du sommeil, certains éléments indiquent que les femmes, en particulier celles âgées de 30 à 60 ans, sont plus susceptibles de souffrir de troubles du sommeil que les hommes. [5]

Quels sont les types courants de troubles du sommeil?

Alors que de nombreuses personnes pensent à l’insomnie en entendant le terme «trouble du sommeil», plusieurs autres conditions courantes peuvent nuire au sommeil d’une personne. Dans certains cas, les symptômes des troubles du sommeil peuvent même frapper pendant la journée, pas la nuit.[[[[4]

Il existe plus de 90 types différents de troubles du sommeil. Les plus courants comprennent:

Insomnie

L’insomnie est une incapacité à s’endormir, à rester endormi ou à dormir toute la nuit. C’est le trouble du sommeil le plus courant, et il existe en deux variétés:

Insomnie primaire: Ceci n’est pas causé par une condition médicale sous-jacente.

Insomnie secondaire: Ce type découle d’un autre problème médical.

Environ la moitié de tous les adultes signalent des épisodes d’insomnie occasionnels, qui sont des périodes de mauvais sommeil qui durent d’une nuit à plusieurs semaines. L’insomnie devient «chronique» si elle dure plus d’un mois. Environ 10% des adultes souffrent d’insomnie chronique.

[4][6][7]


Apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est une condition dans laquelle une personne cesse à plusieurs reprises de respirer pendant la nuit, ce qui nuit à la profondeur et à la qualité de son sommeil. Dans certains cas, ces arrêts respiratoires peuvent se produire des centaines de fois par nuit. Il en existe deux types:

Apnée obstructive du sommeil: Cela est dû au blocage partiel ou total des voies respiratoires pendant le sommeil. C’est le type d’apnée du sommeil le plus courant.

Apnée centrale du sommeil: Le type d’apnée du sommeil dans lequel les muscles qui contrôlent la respiration d’une personne ne fonctionnent pas correctement pendant le sommeil. Ceci est souvent le résultat de « problèmes de signalisation » dans le cerveau d’une personne, ou à la suite d’autres conditions, comme l’insuffisance cardiaque et l’AVC.

[3]


Narcolepsie

La narcolepsie est un trouble neurologique dans lequel le cerveau ne gère pas correctement les états veille-sommeil du corps. Il en existe deux types:

Narcolepsie de type 1: Ce terme est utilisé pour décrire les patients qui présentent soit de faibles niveaux d’un produit chimique du cerveau appelé hypocrétine, qui aide à réguler les cycles veille-sommeil du corps, soit ceux qui présentent des symptômes spécifiques de narcolepsie. (Plus d’informations ci-dessous.)

Narcolepsie de type 2: Les patients atteints de cette maladie n’ont pas de faibles niveaux d’hypocrétine, mais éprouvent d’autres symptômes de narcolepsie.

[8]


Le syndrome des jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est exactement ce à quoi cela ressemble: une forte inclinaison ou envie de bouger vos jambes pendant qu’elles sont au repos. Le SJSR survient généralement une fois qu’une personne est allongée dans son lit ou après avoir été assise pendant de longues périodes.

Pour certains, le SJSR peut être si grave qu’il devient difficile de tomber ou de rester endormi. Cela peut entraîner une somnolence diurne excessive et de l’insomnie.

[9]


Troubles du rythme circadien

Ce groupe de problèmes de sommeil associés est causé par des perturbations du rythme circadien interne ou de l’horloge du sommeil d’une personne. Cette horloge biologique détermine la libération de neurochimiques qui initient le sommeil ou le chassent. Pour les personnes atteintes d’un trouble du rythme circadien, il y a un décalage entre leurs horloges internes et leur horaire veille-sommeil souhaité, ce qui entraîne des problèmes de sommeil.

Les troubles du rythme circadien se présentent sous divers types. Ceux-ci inclus:

Trouble du travail posté: Cela se produit chez les personnes qui ont des horaires irréguliers ou des quarts de nuit, et essaient souvent de rester éveillés ou de s’endormir à des moments qui ne correspondent pas aux horloges internes de leur corps.

Trouble de la phase de sommeil retardé: Cela pourrait être considéré comme un « hibou nocturne ». C’est le plus courant chez les adolescents et les jeunes adultes, et cela se définit comme une incapacité à s’endormir jusqu’à très tard dans la nuit – 2 ou 3 heures du matin – et un désir de dormir jusqu’à midi ou plus tard. Bien que cela puisse ne pas sembler être un problème pour certains, cela peut être un défi considérable si les obligations professionnelles ou scolaires d’une personne l’obligent à se coucher et à se lever plus tôt.

Troubles avancés de la phase de sommeil: C’est fondamentalement l’opposé du trouble de la phase de sommeil retardé. Ce type, qui est le plus courant chez les personnes âgées, consiste généralement à se coucher très tôt – entre 18 h et 21 h – et à se lever au milieu de la nuit.

Il existe de nombreux autres types de troubles du sommeil, mais ceux-ci sont les plus courants.

[10]

Quelles sont les causes ou les facteurs de risque des troubles du sommeil?

Alors que certains troubles du sommeil ont une cause clairement identifiable, d’autres émergent d’une combinaison de facteurs.

Souvent, les troubles du sommeil sont l’effet secondaire indésirable d’une autre condition médicale mentale ou physique. Par exemple, la narcolepsie peut provenir d’un type spécifique de maladie auto-immune ou, dans de rares cas, d’une lésion cérébrale. [8]

Pour ces raisons, les nombreuses causes ou facteurs de risque d’un trouble du sommeil sont trop nombreux pour être présentés ici, mais voici les plus courants:

[3][9][12][15][16]

Quels sont les symptômes des troubles du sommeil?

Les symptômes d’un trouble du sommeil diffèrent selon son type et sa cause sous-jacente.

[3][8][9][13]

Comment diagnostique-t-on les troubles du sommeil?

Le processus de diagnostic varie beaucoup en fonction des problèmes de sommeil du patient. Votre médecin commencera presque toujours par mener une entrevue approfondie en personne et prendre vos antécédents médicaux. Ceci est généralement associé à un examen physique.

Ces tests initiaux peuvent aider votre médecin à identifier le type spécifique de trouble du sommeil auquel vous êtes confronté, ainsi que tout problème médical sous-jacent qui peut causer ou contribuer à vos problèmes de sommeil.

Si votre médecin soupçonne de l’insomnie ou l’un de plusieurs autres troubles du sommeil, il peut vous demander de tenir un journal détaillé du sommeil pendant une semaine ou deux. Votre médecin peut également recommander une visite à un laboratoire du sommeil pour des tests spécialisés ou une observation nocturne. [3]

Dans d’autres cas, votre médecin peut demander un test appelé polysomnographie. Cela enregistre vos ondes cérébrales, votre respiration, votre fréquence cardiaque et votre tension artérielle pendant que vous dormez. Il s’agit d’un test courant si votre médecin suspecte une narcolepsie ou une apnée du sommeil. [14]

Traitement et thérapie des troubles du sommeil

Différents troubles du sommeil peuvent nécessiter une ou plusieurs formes de traitement.

Complications des troubles du sommeil

Une bonne nuit de sommeil est un élément essentiel d’une vie saine, il n’est donc pas surprenant que la plupart des troubles du sommeil soient associés à un certain nombre de complications connexes, dont certaines peuvent être graves.

Certaines des maladies les plus courantes associées aux difficultés de sommeil à long terme comprennent:

  • Diabète de type 2: Un sommeil malsain peut contribuer à un mauvais contrôle de la glycémie, qui est le principal moteur du diabète.
  • Cardiopathie: Certaines recherches ont établi un lien entre le manque de sommeil et une augmentation de l’hypertension et d’autres facteurs de risque de maladie cardiaque.
  • Obésité: Un manque de sommeil peut perturber les processus métaboliques du corps de manière à contribuer à la prise de poids et à l’obésité.
  • Une dépression: La relation de cause à effet entre un mauvais sommeil et la dépression n’est pas bien comprise, mais il existe un lien clair entre les troubles du sommeil et un risque élevé de dépression.

    [18][19][20]


    Un mauvais sommeil est également associé aux complications de style de vie suivantes:

    • Baisse des performances au travail ou à l’école
    • Problèmes de réflexion ou de concentration
    • Temps de réaction lents et conduite risquée
    • Risque élevé d’anxiété et de nombreux autres troubles de l’humeur ou de santé mentale
    • Problèmes de socialisation
    • Abandons de la capacité athlétique ou du fonctionnement physique

      De plus, certains troubles du sommeil individuels ont été associés à certaines complications spécifiques.

      Les complications de l’apnée du sommeil peuvent inclure:

      • L’asthme et certaines formes de cancer
      • Maladie rénale chronique
      • Troubles oculaires tels que le glaucome

        [21]


        Les complications de la narcolepsie comprennent:

        • Des cauchemars vifs et terrifiants
        • Paralysie du sommeil, qui est une incapacité à bouger ou à parler même lorsqu’il est partiellement éveillé.
        • Des hallucinations visuelles terrifiantes
        • Perte soudaine de tonus musculaire, qui entraîne une faiblesse ou une perte de contrôle musculaire (également connue sous le nom de cataplexie). Cela se produit souvent lorsqu’une personne est exposée à des émotions intenses telles que le rire et la colère.

            Pouvez-vous prévenir un trouble du sommeil?

            En ce qui concerne certains troubles du sommeil, comme la narcolepsie, il n’y a vraiment aucun moyen de se protéger de la maladie.

            Mais pour de nombreux autres troubles du sommeil courants, de l’insomnie à l’apnée du sommeil, vous pouvez apporter certains changements pour réduire vos risques. Beaucoup de ces derniers reflètent les changements de style de vie que les médecins utilisent pour traiter ces troubles du sommeil.

            • Établissez et respectez un horaire veille-sommeil cohérent
            • Faites de l’exercice pendant au moins 30 minutes, cinq jours par semaine
            • Ayez une alimentation saine
            • Essayez de ne pas faire de sieste pendant la journée
            • Gardez votre consommation d’alcool et de caféine au minimum, surtout avant de vous coucher
            • Créez une routine relaxante au coucher
            • Maintenir un poids santé
            • Arrêter de fumer
            • Ne restez pas au lit si vous ne dormez pas. Levez-vous un moment puis essayez de dormir à nouveau.
            • Évitez les écrans et les appareils avant de vous coucher

              [4][21][23][24]


              SOURCES

              [1] https://www.cdc.gov/sleep/index.html

              [2] https://www.cdc.gov/sleep/about_sleep/chronic_disease.html

              [3] https://my.clevelandclinic.org/-/scassets/files/org/neurological/sleep-disorders/sleep-disorder-treatment-guide-2016.ashx?la=en

              [4] https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/sleep-disorders/symptoms-causes/syc-20354018

              [5] https://www.sleepfoundation.org/sleep-topics/women-and-sleep

              [6] https://my.clevelandclinic.org/health/diseases/12119-insomnia

              [7] https://aasm.org/resources/clinicalguidelines/040515.pdf

              [8] https://www.ninds.nih.gov/Disorders/Patient-Caregiver-Education/Fact-Sheets/Narcolepsy-Fact-Sheet

              [9] https://my.clevelandclinic.org/health/diseases/9497-restless-legs-syndrome

              [10] https://my.clevelandclinic.org/health/diseases/12115-circadian-rhythm-disorders

              [11] https://my.clevelandclinic.org/departments/neurological/depts/sleep-disorders#what-we-treat-tab

              [12] https://my.clevelandclinic.org/health/diseases/9497-restless-legs-syndrome/management-and-treatment

              [13] https://www.cdc.gov/sleep/about_sleep/key_disorders.html

              [14] https://www.mayoclinic.org/tests-procedures/polysomnography/about/pac-20394877

              [15] https://my.clevelandclinic.org/health/diseases/12119-insomnia/management-and-treatment

              [16] https://my.clevelandclinic.org/health/diseases/8718-sleep-apnea/management-and-treatment

              [17] https://my.clevelandclinic.org/health/diseases/9497-restless-legs-syndrome/management-and-treatment

              [18] https://www.acc.org/latest-in-cardiology/articles/2016/08/02/07/25/insomnia-and-heart-disease

              [19] https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/insomnia/symptoms-causes/syc-20355167

              [20] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1978319/

              [21] https://www.nhlbi.nih.gov/health-topics/sleep-apnea

              [22] https://www.ninds.nih.gov/Disorders/Patient-Caregiver-Education/Fact-Sheets/Narcolepsy-Fact-Sheet

              [23] https://my.clevelandclinic.org/health/diseases/12119-insomnia/prevention

              [24] https://www.sleepfoundation.org/articles/why-electronics-may-stimulate-you-bed

Vue global de l’insomnie L’insomnie est un trouble du sommeil courant qui peut remettre difficile l’endormissement, remettre difficile de rester endormi et pourquoi pas vous réveiller trop tôt et vous empêcher de vous rendormir. Il se que vous vous sentiez encore fatigué en or réveil. L’insomnie peut blesser non seulement à votre point d’énergie et à votre humeur, mais aussi à votre santé, à vos cultivable professionnelles et à votre qualité de vie. La quantité de sommeil varie d’une personne à l’autre, par contre la majorité des adultes ont besoin de sept à ash can school psaume chez nuit. À un moment donné, beaucoup de adultes souffrent d’insomnie à court terme (aiguë), qui dur des jours ou des semaines. Elle est généralement le résultat d’un assaut ou bien d’un événement traumatisant. Mais plusieurs personnes souffrent d’insomnie à long terme (chronique) qui dur 30 jours quatre semaines ou plus. L’insomnie peut être le problème principal, ainsi qu’à peut être associé à d’autres conditions médicales ou à des médicaments. Vous n’avez pas à supporter nuits blanches. De simples changements dans vos habitudes quotidiennes couramment vous aider.