Sélectionner une page

Les troubles du sommeil

Ils peuvent être définis comme des conditions qui empêchent de dormir suffisamment comme il se doit. Les troubles du sommeil peuvent non seulement affecter votre qualité de vie et vos performances, mais également votre santé globale. Une connaissance approfondie de ces troubles est vitale; il faut bien comprendre chaque condition afin de consulter un médecin immédiatement s’ils en soupçonnent l’existence.
Les troubles du sommeil sont-ils courants?

Tout le monde aime une bonne nuit de sommeil. Même si plusieurs facteurs entravent une nuit de repos paisible. Les troubles du sommeil empêchent de dormir tranquillement et agréablement, ce qui entraîne un dysfonctionnement général du sommeil et une somnolence diurne.

La recherche a montré que près de 70% des adultes souffrent d’un ou deux troubles du sommeil majeurs. Qu’il s’agisse d’une difficulté de sommeil occasionnelle ou d’un trouble du sommeil diagnostiqué, l’essentiel est que vous puissiez apprendre à gérer vos symptômes et à obtenir un sommeil de qualité.

Le moyen le plus courant de diagnostiquer un trouble du sommeil est de prêter attention aux signes et symptômes.

Il est important de parler à votre médecin des symptômes que vous ressentez, dans les cas où vous pensez que vous pourriez avoir un trouble du sommeil. Un médecin peut vous examiner physiquement pour vous aider à identifier le trouble du sommeil dont vous pourriez souffrir.

Outre un examen physique, votre médecin peut également utiliser une composante des transmissions électriques pour enregistrer les activités de nature physique pendant que vous dormez. Une étude du sommeil peut être effectuée à la maison même si ce n’est pas très courant. Les résultats de l’étude sur le sommeil sont ensuite analysés par un médecin pour vous aider à déterminer si vous souffrez ou non d’un trouble du sommeil.

Dans la plupart des cas, les cas de troubles du sommeil sont référés à des cliniques spéciales appelées cliniques des troubles du sommeil. Les spécialistes du sommeil vous aident à analyser vos symptômes et à trouver une solution de gestion. L’utilisation de couvertures lestées, par exemple, est un moyen de gérer certains des troubles majeurs ou mineurs.

Dans cet article, nous avons répertorié cinq principaux troubles du sommeil et leurs symptômes pour vous aider à identifier les problèmes afin que vous puissiez demander de l’aide.

1. Insomnie Insomnie

Soyons réalistes; la recherche a montré qu’au moins 50 pour cent des adultes souffrent d’insomnie au moins une fois par semaine. L’insomnie est simplement une difficulté à s’endormir. Voici les symptômes typiques des personnes souffrant d’insomnie:

  • Difficulté répétée à s’endormir
  • La nuit se réveille et manque de se rendormir
  • Se réveiller tôt le matin
  • Dépression et oubli
  • Somnolence diurne occasionnelle, fatigue, manque de concentration par manque de sommeil

Sur les 50 pour cent qui souffrent d’insomnie, au moins 1 sur 12 souffre d’insomnie chronique.

Cette condition peut survenir seule ou avec d’autres conditions psychiatriques. Elle peut également survenir sous forme d’insomnie aiguë (peu de temps) ou durer longtemps (insomnie chronique). Un cas aigu d’insomnie peut durer de quelques jours à quelques semaines, à ce stade, il serait considéré comme une insomnie chronique. Le manque de sommeil de plus de trois nuits dans un délai d’un mois peut être classé comme une maladie chronique.

2. Apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est un trouble du sommeil assez grave. Elle survient lorsque le rythme respiratoire est soudainement interrompu pendant le sommeil. On peut arrêter de respirer à plusieurs reprises si son apnée n’est pas diagnostiquée ou n’est pas traitée. L’apnée du sommeil est divisée en deux catégories:

Apnée obstructive du sommeil (AOS)

Il s’agit du type de trouble du sommeil de l’apnée le plus courant. Elle se produit lorsque les voies respiratoires sont généralement bloquées par un tissu mou à l’arrière de la gorge. Le résultat courant est le ronflement, la fatigue, les maux de tête, la respiration haletante pendant le sommeil et la difficulté à faire attention à l’école ou au travail.

Apnée centrale du sommeil (ASC)

Nous savons tous que le cerveau contrôle toutes les activités involontaires du corps. Dans le cas de l’apnée du sommeil, le cerveau ne parvient pas à initier le mécanisme de respiration à un moment donné pendant le sommeil. On peut haleter pour l’air jusqu’à ce qu’ils soient complètement éveillés au milieu de la nuit.

3. Syndrome des jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos est un autre trouble qui entraîne de puissants mouvements des jambes pendant le sommeil. La sensation survient généralement après des activités telles que la conduite prolongée. Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) survient généralement le soir, ce qui rend difficile le sommeil complet. Les signes les plus courants comprennent:

  • Irritabilité
  • Somnolence pendant la journée
  • Manque de concentration

Dans la plupart des cas, la sensation est si irritante que la majorité des personnes atteintes de SJSR se promènent souvent pour aider à soulager l’inconfort des membres inférieurs. La perte de sommeil est l’effet secondaire courant du RSL.

4. Narcolepsie

Avec un début de 15 à 25 ans, la narcolepsie est l’un des principaux troubles du sommeil affectant 1 personne sur 2000. Ce trouble implique une perturbation de la régulation du sommeil qui, en fin de compte, affecte votre rythme de sommeil et d’éveil.

Lorsqu’on souffre de narcolepsie, ils éprouvent une somnolence diurne excessive et des événements incontrôlables d’endormissement pendant la journée. Lors d’une crise de narcolepsie, on peut ressentir une somnolence diurne excessive.

Il s’agit du symptôme le plus courant de la narcolepsie. Il apparaît généralement entre 12 et 20 ans. La somnolence diurne excessive se caractérise par une insomnie constante et des événements involontaires dus à l’endormissement. Les crises de sommeil peuvent durer de quelques secondes à quelques minutes. Les personnes atteintes d’EDS le décrivent comme un trouble mental, un manque d’énergie normale pour se concentrer, une dépression et un épuisement.

Voici quelques autres symptômes associés à la narcolepsie:

  • Cataplexie- Dans la catalepsie, il y a une incapacité involontaire à parler ou à bouger les muscles pendant le sommeil ou au réveil. Ce symptôme est souvent déclenché par des émotions intenses telles que la peur ou la dépression. La cataplexie peut survenir dans une gravité allant de la perte des mouvements musculaires, de l’incapacité de parler ou même de la chute des paupières. On peut être pleinement conscient des attaques de cataplexie mais dans la plupart des cas, il est incapable de parler ou de bouger.
  • Paralysie du sommeil- La paralysie du sommeil survient lorsqu’il est impossible de bouger ou de parler lorsque l’on se réveille ou simplement en train de dormir. Les muscles volontaires sont généralement paralysés, ce qui signifie que l’on est incapable de sortir de son rêve. La paralysie du sommeil ne dure pas longtemps, généralement quelques secondes et on revient à la normale.
  • Hallucinations- Ceux qui souffrent de narcolepsie peuvent ressentir des hallucinations pendant leur réveil ou pendant leur sommeil. Dans la plupart des cas, de telles illusions sont assez effrayantes.
  • Sommeil nocturne perturbé L’un des problèmes les plus courants rencontrés par les personnes atteintes de narcolepsie est le sommeil fragmenté. Non seulement ces personnes ont des difficultés à rester pleinement éveillées pendant la journée, mais elles ont également des difficultés à dormir la nuit.

5. Ronflement

Nous détestons tous le ronflement. Le ronflement est un son émis à la suite d’un flux d’air turbulent qui fait vibrer les tissus du nez et ceux de la gorge. Dans la plupart des cas, le ronflement survient à la suite du rétrécissement des voies respiratoires.

Les causes du ronflement comprennent:

  • Voies respiratoires obstruées- Les déformations qui modifient la structure de la narine peuvent provoquer une obstruction sévère des voies respiratoires. De plus, les allergies et les infections des sinus peuvent également provoquer de graves ronflements.
  • Relaxation musculaire excessive de la langue de la gorge Lorsque les muscles de la gorge et de la langue perdent leur élasticité, ils retombent et bloquent les voies respiratoires. La plupart des causes de relaxation musculaire comprennent la consommation d’alcool, l’utilisation de somnifères et le processus de vieillissement.
  • Tissu de la grande gorge – Le surpoids est le principal facteur prédisposant au tissu de la gorge envahi. De plus, des amygdales et des végétations adénoïdes importantes peuvent entraîner des ronflements.
  • Bouche molle allongée La luette est le terme utilisé pour désigner les longs tissus mous à l’arrière de la bouche. Lorsque la luette est trop allongée, elle peut gêner l’ouverture du nez à la gorge. Si les deux structures vibrent, les voies respiratoires sont obstruées, ce qui ronfle.

 

Quelques principes et bonnes pratiques qui vous aider pour votre trouble du sommeil :
De bonnes habitudes de aider à prévenir l’insomnie et favoriser un sommeil profond : Veillez à ce que l’heure du coucher et du réveil soit constante d’un journée à l’autre, y pris le pont pour ne pas décaler votre horloge biologique. Restez capital : une activité femme facilite un bon sommeil, ce que appelons a l’intérieur du langage courant une « bonne fatigue » Vérifiez vos produits pour voir s’ils contribuer à l’insomnie. Évitez et pourquoi pas limitez les siestes. Évitez ou limitez la caféine et l’alcool, et n’utilisez pas de nicotine. Évitez les gros repas et boissons avant le coucher. Rendez votre chambre confortable pour y dormir et ne l’utilisez que quant à sexe ou le sommeil. Créez un rituel relaxant à l’heure du coucher, comme prendre un bain chaud, feuilleter ainsi qu’à écouter de la musique douce.