Sélectionner une page

– Trouble du sommeil solutions

La pandémie mondiale a perturbé les services de santé mentale essentiels dans 93% des pays étudiés, soulignant l’impact dévastateur du COVID-19 et soulignant le besoin urgent d’augmenter le financement, a déclaré l’Organisation mondiale de la santé (OMS) des Nations Unies.

Annonçant les résultats lundi, l’agence de santé des Nations Unies a également déclaré que la pandémie avait accru le besoin de services vitaux.

«Le COVID-19 a interrompu les services essentiels de santé mentale dans le monde au moment où ils en ont le plus besoin», a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, appelant les dirigeants du monde à «agir rapidement et de manière décisive pour investir davantage dans la santé mentale. programmes de santé – pendant la pandémie et au-delà.

«Une bonne santé mentale est absolument fondamentale pour la santé et le bien-être en général», a-t-il ajouté.

Le deuil, l’isolement, la perte de revenus et la peur déclenchent des problèmes de santé mentale ou exacerbent les problèmes existants. De nombreuses personnes peuvent être confrontées à des niveaux accrus de consommation d’alcool et de drogues, d’insomnie et d’anxiété, selon l’OMS.

Le COVID-19 lui-même peut entraîner des complications neurologiques et mentales, telles que le délire, l’agitation et les accidents vasculaires cérébraux. Les personnes atteintes de troubles mentaux, neurologiques ou de toxicomanie préexistants sont également plus vulnérables à l’infection par le SRAS-CoV-2 – elles peuvent courir un risque plus élevé de conséquences graves et même de décès.

Résultats de l’enquête

L’enquête – menée entre juin et août 2020, couvrant 130 pays – a évalué comment la fourniture de services mentaux, neurologiques et de toxicomanie a changé en raison du COVID-19, les types de services perturbés et la manière dont les pays s’adaptent.

Il a montré que si de nombreux pays (70%) ont adopté la télémédecine ou la téléthérapie pour surmonter les perturbations des services en personne, il existe des disparités importantes entre eux. Plus de 80% des pays à revenu élevé ont déclaré avoir déployé de telles mesures pour combler les lacunes, contre moins de 50% des pays à faible revenu, a déclaré l’OMS.

Les résultats ont également montré que le conseil et la psychothérapie étaient interrompus dans 67% des pays, 65% ont signalé un impact sur les services critiques de réduction des risques et 45% sur le traitement de la dépendance aux opioïdes.

Plus d’un tiers (35%) ont signalé des perturbations dans les interventions d’urgence, y compris celles pour les personnes souffrant de crises prolongées, de syndromes de sevrage sévères liés à la consommation de substances et de délire, souvent le signe d’une maladie sous-jacente grave. Trois pays sur dix ont également signalé un accès perturbé aux médicaments pour les troubles mentaux, neurologiques et liés à l’usage de substances.

Les résultats ont été publiés avant le Big Event for Mental Health de l’agence des Nations Unies pour la santé – un événement mondial de plaidoyer en ligne le 10 octobre, qui soulignera la nécessité d’augmenter les investissements dans la santé mentale à la suite du COVID-19.

Assurer les ressources pour les services essentiels

Rappelant ses conseils sur le maintien des services essentiels – y compris les services de santé mentale – pendant le COVID-19, l’OMS a exhorté les pays à allouer des ressources à la santé mentale en tant que partie intégrante de leurs plans de réponse et de redressement.

Selon les résultats de l’enquête, alors que 89% des pays ont indiqué que la santé mentale et le soutien psychosocial faisaient partie de leurs plans nationaux de réponse au COVID-19, seuls 17% d’entre eux ont déclaré disposer d’un financement supplémentaire complet pour couvrir ces activités.

«Tout cela met en évidence le besoin de plus d’argent pour la santé mentale», a déclaré l’OMS, notant qu’à mesure que la pandémie se poursuit, une demande encore plus grande sera placée sur les programmes nationaux et internationaux de santé mentale qui ont souffert d’années de sous-financement chronique.

Avant la pandémie, les pays consacraient moins de 2% de leur budget national de la santé à la santé mentale et luttaient pour répondre aux besoins de leurs populations, a ajouté l’agence des Nations Unies, appelant à davantage de ressources pour le secteur, y compris de la part des partenaires internationaux la santé reçoit moins de 1% de l’aide internationale destinée à la santé.